La bourse ferme dans 4 h 56 min
  • CAC 40

    7 033,08
    -48,93 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 128,76
    -29,87 (-0,72 %)
     
  • Dow Jones

    33 717,09
    -260,99 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0830
    -0,0027 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 919,70
    -19,50 (-1,01 %)
     
  • BTC-EUR

    21 119,82
    -521,31 (-2,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    518,35
    -19,53 (-3,63 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,73
    -1,17 (-1,50 %)
     
  • DAX

    15 010,40
    -115,68 (-0,76 %)
     
  • FTSE 100

    7 715,82
    -69,05 (-0,89 %)
     
  • Nasdaq

    11 393,81
    -227,90 (-1,96 %)
     
  • S&P 500

    4 017,77
    -52,79 (-1,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2314
    -0,0040 (-0,32 %)
     

Au Sommet de l'Economie, le skipper Charles Caudrelier livre les clés de son succès

Bruno Levy / Challenges

Le vainqueur de la Route du Rhum a fait une incursion lors du Sommet de l'économie. À l'origine de cette victoire, il y a deux trajectoires. Celle d'une écurie de course au large, fondée en 2000, le Gitana Team, qui cherche à se réinventer et "à casser les codes". Et celle de Charles Caudrelier, marin infatigable et passionné de voile depuis toujours.

C’est là qu’il avait été présenté pour la première fois en 2017. Cinq ans, quelques embardées et trois victoires plus tard, c’est à nouveau du Maxi Edmond de Rothschild que l’on parle sur l’estrade du Palais de Tokyo, à l’occasion d’une "bifurcation surprise" lors du 9ème Sommet de l’économie de Challenges. Considéré comme un "pari raté" il y a quelques années, le bateau, vainqueur de la Route du Rhum 2022, évolue encore et n’est pas au bout de sa révolution. À l’image de son skipper, Charles Caudrelier.

Une enfance "les pieds dans l'eau"

Pour lui aussi tout n'était pas joué d'avance. C'est lorsque son père met le cap vers la Bretagne, alors que lui, ses deux frères et sa soeur sont encore enfants, que le marin se retrouve "les pieds dans l’eau", et à deux pas de Michel Desjoyeaux, un des navigateurs en solitaire les plus titrés. "Tous les jours je voyais passer des bateaux. Comme les enfants qui aiment le foot, moi j’aimais la voile, et donc j’ai fait ça", résume-t-il simplement. Pourtant, Charles Caudrelier n’a pas toujours navigué en ligne droite. Né dans une famille catholique, il avait d’abord juré à sa grand-mère qu’il deviendrait prêtre. Promesse non tenue. Son amour de la voile ne le quitte pas, même s'il opte pour des études à l’école de la marine marchande. Il ne s’éloigne jamais vraiment de la mer et de sa passion sportive: du Havre, là où il étudie, il voit passer les bateaux en lice pour la solitaire du Figaro, épreuve qu’il remportera quelques années plus tard, en 2004.

Coskippeur de Safran avec Marc Guillemot, ou de Banque Populaire aux côtés de Pascal Bidégorry, amoureux des transats et des tours du monde… Charles Caudrelier navigue souvent loin des côtes françaises, et tant pis pour sa notoriété. "Quand j’ai prévenu que mon fils serait absent pour assister à l’arrivée [en Guadeloupe], sa professeure m’a demandé dans quelle catégorie je courais", sourit-il. Mais dans le domaine, le double vainqueur de la Volvo Ocean Race a su s’imposer. C’est d’ai[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi