La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 381,66
    -2,13 (-0,01 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Au Royaume-Uni : un enseignant sur dix contraint de trouver un second job pour "continuer à manger"

WavebreakMediaMicro/Adobe Stock

Avec une inflation à 11%, le Royaume-Uni est entré en récession, et les conséquences sociales ne cessent d'être décrites dans la presse britannique. Cette fois, ce sont les enseignants qui sont l'objet d'une attention toute particulière. Selon des chefs d'établissements et le syndicat d'enseignants NASUWT interviewé par The Guardian, dimanche 27 novembre, un enseignant sur dix a outre-Manche un deuxième emploi, voire un troisième, parce que son salaire ne couvre pas ses dépenses mensuelles. Malgré une augmentation générale des salaires de 5% - jusqu'à 8,9% pour les nouveaux enseignants - beaucoup ont un second job pour "continuer à manger" dans un contexte de hausse des coûts, résument nos confrères. À la fin de l'école débute pour nombre d'entre eux une deuxième journée : certains conduisent des taxis, d'autres commencent un service dans un bar.

Oliver Taylor, professeur de physique dans une école du sud de Londres, a pour sa part choisi de réparer des voitures et de donner des cours particuliers. "Mon salaire me donne l'impression d'être totalement sous-évalué", explique-t-il à nos confrères. "Je suis un très bon professeur et j'enseigne une matière où il y a d'énormes pénuries, mais je ne gagne tout simplement pas assez pour joindre les deux bouts." Sa situation est loin d'être un cas isolé, à en croire Garry Ratcliffe, le directeur général de Galaxy Trust à la tête de neuf écoles dans le Kent. Ce dernier donne pour exemple des enseignants de ces établissements qui donnent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La mise sous tutelle de la ville de Paris serait "un ultime recours", selon Beaune
Coupe du monde : les frontaliers regardent la télé belge pour ne pas payer beIN Sports
Un Français sur trois qui ne parvient pas à payer ses factures, l'aide pour les ménages se chauffant au bois qui pourra être demandée à compter du 22 décembre… Le flash éco du jour
Prisons : nouveau record de détenus en novembre, à 72.809
Recours aux cabinets de conseil comme McKinsey : Bruno Le Maire reconnaît "des abus"