La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 202,87
    +34,78 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    13 444,23
    -97,88 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 170,30
    -841,03 (-3,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,1142
    -0,0103 (-0,91 %)
     
  • HANG SENG

    23 807,00
    -482,90 (-1,99 %)
     
  • BTC-EUR

    32 498,53
    -1 604,97 (-4,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    829,64
    +10,14 (+1,24 %)
     
  • S&P 500

    4 339,25
    -10,68 (-0,25 %)
     

Au procès de François Fillon, cinq ans de prison dont un ferme requis

·1 min de lecture
François et Penelope Fillon à leur arrivée au tribunal de Paris le 22 novembre. (Photo: THOMAS COEX via Getty Images)
François et Penelope Fillon à leur arrivée au tribunal de Paris le 22 novembre. (Photo: THOMAS COEX via Getty Images)

JUSTICE - C’est un tout petit peu moins que ce qui avait été réclamé en première instance. Le parquet général a requis ce lundi 29 novembre cinq ans de prison dont un ferme (c’était cinq ans dont deux ferme l’an passé, une peine finalement décidée par le juge) contre François Fillon dans l’affaire dite du “PenelopeGate” qui est jugée en appel depuis la mi-novembre. Le parquet a précisé vouloir une peine aménagée, purgée à domicile avec un bracelet électronique.

Il a également requis 375.000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité contre l’ancien Premier ministre.

Les deux autres protagonistes connaissent aussi leurs réquisitions. Pour Penelope Fillon, il a été demandé deux ans de prison avec sursis, 100.000 euros d’amende et deux ans d’inéligibilité tandis qu’il a été requis trois ans de prison avec sursis et cinq ans d’inéligibilité contre Marc Joulaud, ancien suppléant de François Fillon.

Dans leur réquisitoire, les deux avocats généraux ont estimé que “la fictivité” de l’emploi de Penelope Fillon comme assistante parlementaire de son mari alors député de la Sarthe était ”établie”. Selon eux, François Fillon, “personnage éminent de la vie politique”, avait été ”à l’initiative” d’une “entreprise de détournement de fonds publics”. Lors de trois contrats signés entre 1998 et 2013, elle a empoché alors 612.000 euros nets.

Les plaidoiries des avocats de François Fillon sont attendues dans la soirée.

À voir également sur Le HuffPost: Fillon en veut encore et toujours aux médias

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles