La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    40 085,32
    -759,55 (-1,86 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Au Pérou, un réseau antique de canaux réutilisé pour amener l'eau à des dizaines de milliers d'habitants

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Dans les hautes montagnes de la province de Huarochiri, dans le centre-ouest du Pérou, une ONG et des habitants réhabilitent un réseau de canaux de pierre datant de l'ère pré-hispanique qui pourrait assurer un approvisionnement en eau à des dizaines de milliers de personnes.

"Nous sommes éleveurs et agriculteurs, et chaque goutte d'eau souterraine nous aide à survivre", raconte à l'AFP Roosevelt Calistro Lopez, 43 ans, un des 900 habitants de la commune rurale de San Pedro de Casta, située à 3 200 mètres d'altitude, à 80 km de Lima.

Le système ancestral consiste à récupérer à très haute altitude les eaux de ruissellement et à les amener par des canaux de pierre jusqu'à des roches fracturées pour que l'eau s'infiltre dans le sous-sol, abonde les aquifères souterrains et réapparaisse sous forme de source bien plus bas. Datant d'il y a environ 1 400 ans, le réseau nécessite une bonne connaissance de la morphologie montagneuse et du cycle de l'eau.

En collaboration avec les habitants

Localement, les rigoles de pierre sont connues sous le nom d'amunas, un mot quechua qui signifie "retenir l'eau". On les appelle aussi "semences d'eau" car l'eau "semée" en hauteur à la saison des pluies est récupérée plus bas en saison sèche par les paysans pour les cultures et l'élevage.

Depuis 2017, un projet de revitalisation de canaux abandonnés est mené par l'ONG Aquafondo, en collaboration avec les habitants. "Les amunas ne sont pas nouvelles pour nous, mais nous les améliorons. Il y a des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi