Publicité
Marchés français ouverture 3 h 46 min
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • Nikkei 225

    38 758,96
    +112,85 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,0853
    +0,0004 (+0,03 %)
     
  • HANG SENG

    18 643,15
    +34,21 (+0,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 679,49
    +150,17 (+0,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 499,86
    +31,76 (+2,16 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     

Au Bangladesh, la visite d’Emmanuel Macron largement saluée par la presse

“Ce n’est pas juste une histoire de politique et de commerce. C’est plus que cela.” Le quotidien Dhaka Tribune livre une description émue de la visite d’Emmanuel Macron les 10 et 11 septembre. “Le Bangladesh et la France élèvent leurs partenariats à un niveau stratégique”, titre le journal en une, ce mardi 12 septembre.

Et pour cause : il s’agit de la première visite d’un président français dans le pays depuis celle de François Mitterrand en 1990, et l’une des rares incursions d’un dirigeant européen. À ce titre, le journal Dhaka Tribune a recueilli le témoignage de Shahab Enam Khan, professeur de relations internationales à l’université Jahangirnagar :

“La visite du président français à Dacca doit être considérée comme un jalon diplomatique. C’est un signe de l’intérêt croissant, dans les cercles politiques et économiques européens, pour le Bangladesh en matière de géopolitique et d’économie.”

Dhaka Tribune décline volontiers les aspects “carte postale” de cette étape – concert de musique traditionnelle, balade en bateau, dégustation de street food dans une échoppe, etc. Mais le journal insiste surtout sur la “dimension hautement stratégique” de cette visite, dans une “tentative de la France de consolider sa présence dans la région indo-pacifique”. L’article souligne même avec étonnement la position défendue par Emmanuel Macron :

PUBLICITÉ

“Le président français a mis en avant l’idée d’une ‘autonomie stratégique’ et d’un ‘monde multipolaire’ – ce qui est contraire à l’idée, communément admise par les Bangladais, selon laquelle les États-Unis et la Russie sont les deux camps qui dominent le monde, tandis que la Chine se développe en tant que puissance émergente.”

Fort d’un taux de croissance qui dépasse 7 %, le Bangladesh, huitième puissance démographique du monde avec 170 millions d’habitants, est de plus en plus courtisé. Le président français a d’ailleurs marqué à la culotte le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, qui est lui-même passé par Dacca le 8 septembre – en amont du sommet du G20 à Delhi, auquel il a assisté en lieu et place de Vladimir Poutine.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :