La bourse est fermée

Attention aux intoxications dues aux champignons non-comestibles

Clarisse Martin
·1 min de lecture
Cueillette de champignons (illustration) - NICOLAS TUCAT / AFP
Cueillette de champignons (illustration) - NICOLAS TUCAT / AFP

Alors que la saison de la cueillette des champignons bat son plein, "les centres antipoison ont enregistré une très nette augmentation des cas d’intoxications associés à la consommation de champignons sauvages, notamment ces deux dernières semaines", alerte l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) dans un communiqué.

Ainsi, depuis le 1er juillet dernier, 732 cas d'intoxication ont été enregistrés par les centres antipoison. Parmi eux, cinq cas sont considérés comme étant de "gravité forte" et seraient susceptibles d'engager le pronostic vital.

"Ne courez pas aux urgences"

L'Anses met particulièrement en garde les cueilleurs de champignons en raison du contexte sanitaire actuel et la nécessité de ne pas encombrer les services hospitaliers.

"Tout passage supplémentaire aux urgences participe à la désorganisation des services d'urgence", alerte le docteur Jean-Christophe Gallant, médecin au Centre antipoison de Toulouse.

"Ne courez pas aux urgences, appelez-nous, nous vous aiderons et comme je le redis, nous vous éviterons peut-être même d'aller passer aux urgences un long séjour inutile", poursuit le médecin.

Selon l'Anses, la plupart du temps, les symptômes observés après une intoxication due à un champignon sont digestifs, tels que des douleurs, nausées, vomissements ou diarrhées. Ils apparaissent en règle générale quelques heures après la consommation des champignons.

Article original publié sur BFMTV.com