Marchés français ouverture 8 h 52 min
  • Dow Jones

    34 548,53
    +318,19 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 632,84
    +50,42 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    29 331,37
    +518,77 (+1,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,2066
    +0,0057 (+0,47 %)
     
  • HANG SENG

    28 637,46
    +219,46 (+0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    46 685,07
    -780,46 (-1,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 468,60
    -2,81 (-0,19 %)
     
  • S&P 500

    4 201,62
    +34,03 (+0,82 %)
     

Attention à votre vieux PEL

·2 min de lecture

L'UFC-Que Choisir a assigné La Banque postale après la fermeture d'office de certains plans épargne logement, les plus avantageux en termes de rémunération.

Après avoir recueilli des dizaines de témoignages de clients mécontents, l'association de défense des consommateurs UFC-Que choisir vient d'assigner La Banque postale devant le tribunal de justice de Paris en référé. Le hic? Les vieux PEL (Plan épargne logement), ouverts notamment avant janvier 2015, sont les placements réglementés et sécurisés qui offrent actuellement le meilleur taux de rémunération, à plus de 2,5%, contre 1% pour ceux d'aujourd'hui. Or depuis quelques mois, l'établissement veut forcer leurs détenteurs à ouvrir un compte courant (payant), sous peine de clôturer leur .

"Au prétexte d'exigences réglementaires, La Banque postale impose par courrier à ses clients l'ouverture d'un compte courant auprès d'elle, au prix de 13,20 euros minimum par an et pouvant être facturé près de 100 euros, explique Gaëtan Dupin, juriste de l'association. Pourtant, le PEL est un produit gratuit et aucune disposition légale n'impose à son détenteur d'ouvrir également un compte courant dans la banque concernée." Certains clients ont refusé la demande, d'autres ont démontré qu'ils respectaient l'exigence réglementaire de procéder à des versements réguliers (540 euros par an minimum versés en une ou plusieurs fois). Mais tous ont vu leur PEL clôturé.

Les épargnants ont pourtant bien compris leur avantage. Comme le rappelle le rapport 2019 de la Banque de France, les PEL souscrits avant 2011, qu'il n'est plus possible d'abonder au-delà de dix ans d'ouverture, continuent indéfiniment de rapporter des intérêts jusqu'au retrait des fonds, alors que les PEL souscrits après 2011 sont automatiquement transformés en livrets d'épargne au bout de quinze ans d'ancienneté. Les PEL d'avant 2011 font d'ailleurs l'objet de moins de fermetures que les PEL post-2011: "Sur le second semestre 2019, 4% des PEL souscrits avant 2011 ont été fermés, contre 8% de ceux souscrits après", indique le rapport.

La Banque de France voit pourtant d'un mauvais œil cette thésaurisation: "Si l'ensemble des[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi