La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 081,86
    -1 214,36 (-2,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

Attaques fictives et satellites ennemis : premier exercice français de défense spatiale

·1 min de lecture

Répétition générale avant guerre des étoiles. Deux ans après avoir lancé la stratégie de défense spatiale de l'Hexagone, Emmanuel Macron découvrira vendredi matin à Toulouse le tout premier exercice du pays. Un entrainement à la fois stratégique et symbolique qui s'étalera sur cinq jours, pensé comme un concentré d'événements spatiaux articulés autour d'une crise entre trois pays fictifs. "On simule des risques et des menaces. Ces dernières années, l'espace s'est beaucoup transformé, avec des objets de plus en plus nombreux", explique Xavier Pasco, directeur de la fondation pour la recherche stratégique, invité d'Europe 1 vendredi matin. 

Et si un Etat décidait de tirer une arme antisatellite ?

La soixantaine d'opérateurs présents seront saturés d'informations afin de tester leurs réactions. Si par exemple on découvrait un nouvel engin spatial inconnu jusque-là, comment déterminer sa provenance ? Et si un Etat décidait de tirer une arme antisatellite, provoquant une cascade de débris qui menacent les populations terrestres ? Il faudrait alors déclencher au plus vite les secours sur Terre, mais aussi préserver les satellites menacés en les changeant rapidement d'orbite.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Des incidents hautement improbables mais qui évoquent parfois des événements passés. Il y a quatre ans, un satellite espion russe s'était par exemple approché dangereusement d'un satellite militaire franco-italien de télécommunications. "En...


Lire la suite sur Europe1