Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 533,25
    +151,91 (+0,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 446,31
    -21,79 (-1,48 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Attaque jihadiste au Mozambique en 2021: enquête ouverte pour "homicide involontaire" contre TotalEnergies

L'attaque de Palma, revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), avait duré plusieurs jours et fait un nombre encore indéterminé de victimes à ce jour dans la population locale et parmi les sous-traitants de TotalEnergies (Christophe ARCHAMBAULT)
L'attaque de Palma, revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), avait duré plusieurs jours et fait un nombre encore indéterminé de victimes à ce jour dans la population locale et parmi les sous-traitants de TotalEnergies (Christophe ARCHAMBAULT)

Une enquête préliminaire a été ouverte pour homicide involontaire et non-assistance à personne en danger contre TotalEnergies après le dépôt d'une plainte en octobre par des survivants ou familles de victimes de la sanglante attaque de Palma (Mozambique) en mars 2021, a indiqué le parquet de Nanterre, sollicité par l'AFP.

Après avoir recueilli les observations de TotalEnergies, qui menait un méga-projet gazier dans la région et est accusé d'une série de négligences, et celles des plaignants, le parquet appréciera "l'opportunité d'une poursuite, d'un classement ou d'investigations plus poussées", ajoute le ministère public.

"C'est une avancée positive et nous sommes heureux que le procureur français ait réagi rapidement en prenant en considération nos demandes", a commenté auprès de l'AFP Nicholas Alexander, plaignant sud-africain rescapé de l'attaque, qui dénonce la "part de responsabilité" du géant pétrolier dans cette affaire.

PUBLICITÉ

"Nous saluons la décision du parquet en France", a pour sa part réagi auprès de l'AFP Anabela Lemos de Justiça Ambiental, militante des Amis de la Terre au Mozambique.

Elle affirme que "les impacts négatifs et le comportement imprudent de Total au Mozambique vont bien au-delà de ces journées de mars 2021" et espère que l'ouverture de cette enquête "marque une première étape positive pour tenir cette entreprise responsable des morts et destructions causées".

Sollicités par l'AFP, Me Henri Thulliez et Vincent Brengarth, avocats des plaignants, n'ont pas souhaité commenter. Ces derniers sont trois survivants et quatre ayants droit de deux victimes. Ils sont de nationalités sud-africaine et britannique.

Contacté samedi par l'AFP, un porte-parole de TotalEnergies a renvoyé vers ce qu'avait déclaré le groupe au moment du dépôt de plainte, en octobre 2023.

L'entreprise avait alors tenu à "rejeter fermement ces accusations" et à "rappeler l'aide d'urgence que les équipes de Mozambique LNG", nom du méga-projet, "ont apportée et les moyens qu'elles ont mobilisés afin de permettre l'évacuation de plus de 2.500 personnes" du site d'Afungi, à une dizaine de kilomètres du centre de Palma.

L'attaque de Palma, revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), avait débuté le 24 mars 2021. Elle avait duré plusieurs jours et fait un nombre encore indéterminé de victimes à ce jour dans la population locale et parmi les sous-traitants de TotalEnergies.

Total menait alors Mozambique LNG pour exploiter un énorme gisement de gaz naturel dans la péninsule d'Afungi.

L'attaque a entraîné la suspension de ce projet représentant un investissement total de 20 milliards de dollars. Le PDG du groupe, Patrick Pouyanné, avait indiqué courant 2023 qu'il espérait le relancer avant la fin de l'année.

Les plaignants accusent Total d'"avoir fait preuve de négligence en matière d'évaluation des risques, en contradiction avec les déclarations publiques à l'époque de Patrick Pouyanné qui avait assuré que la sécurité était la priorité de Total", expliquait Me Thulliez à l'AFP en octobre.

js-jum-cf-gd-mlf/bfa/spi