La bourse ferme dans 1 h 15 min
  • CAC 40

    5 865,86
    -165,62 (-2,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 417,13
    -97,19 (-2,77 %)
     
  • Dow Jones

    30 521,03
    -508,28 (-1,64 %)
     
  • EUR/USD

    1,0428
    -0,0016 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 817,90
    +0,40 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    18 116,94
    -1 347,07 (-6,92 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,23
    -27,24 (-6,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,29
    -2,49 (-2,27 %)
     
  • DAX

    12 631,31
    -372,04 (-2,86 %)
     
  • FTSE 100

    7 116,76
    -195,56 (-2,67 %)
     
  • Nasdaq

    10 880,84
    -297,05 (-2,66 %)
     
  • S&P 500

    3 748,20
    -70,63 (-1,85 %)
     
  • Nikkei 225

    26 393,04
    -411,56 (-1,54 %)
     
  • HANG SENG

    21 859,79
    -137,10 (-0,62 %)
     
  • GBP/USD

    1,2172
    +0,0050 (+0,41 %)
     

Atos, pourquoi le projet de scission effraie les marchés

AFP/Archives - Eric PIERMONT

Alors qu'Atos prévoit une scission en deux entités, Rodolphe Belmer, le directeur général, quitte le groupe. Cet épilogue après de longues semaines de tensions ne rassure pas pour autant les investisseurs. L'Etat suit de près le dossier.

C'est dit. Atos se divise en deux entités distinctes qui seront cotées séparément d'ici à la fin de l'année 2023. pour redresser l'entreprise, laissera les commandes du groupe avant la fin de l'été. Il ne sera pas remplacé, la scission d'Atos et la nomination de deux directeurs généraux à la tête de chacune des entités ne justifiant plus le maintien de son poste. C'est la fin de longues semaines de tensions croissantes entre le conseil d'administration et la direction générale. Ils s'opposaient en particulier sur le sort de la division BDS regroupant les activités de big data et cybersécurité. "La stratégie est une décision souveraine du conseil d'administration" et le directeur général est là "pour l'appliquer", a sobrement indiqué Rodolphe Belmer. Les tensions avaient rendu l’entreprise ingouvernable et au sein du conseil, plusieurs administrateurs regrettaient le choix du directeur général. Rodolphe Belmer, ancien directeur général d'Eutelsat, Très vite les rapports s’étaient tendus, Rodolphe Belmer et le conseil d'administration s’opposant donc sur le sort de l'unité BDS. La direction générale souhaitait vendre alors le conseil d'administration voulait la conserver.

La cybersécurité et les supercalculateurs cotés en Bourse

Concrètement, les activités de big data et services (BDS), qui comprennent également les (Bull) et la cybersécurité, seront regroupées avec le digital dans une nouvelle société, SpinCo, qui prendra ultérieurement le nom d'Evidian. Elle sera dirigée par Philippe Oliva. Elle dégage aujourd'hui un chiffre d'affaires de 4,9 milliards d'euros, 1,4 milliards venant de BDS et 3,5 milliards venant de la partie logiciels et services. Forte de 59.000 employés, elle est reconnue par Gartner comme le numéro 1 mondial des services de sécurité gérés et par Hyperion comme le 3ème mondial du calcul intensif. Evidian sera dirigé par Philippe Oliva.

Atos garde l'infogérance

La seconde entité, TFCo, gardera le nom d'Atos, et sera composée des activités de Tech[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles