Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 920,51
    +85,65 (+0,22 %)
     
  • Nasdaq

    17 841,62
    -20,61 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 633,02
    +62,26 (+0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0039 (-0,36 %)
     
  • HANG SENG

    18 335,32
    -95,07 (-0,52 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 517,07
    -30,98 (-0,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 350,72
    -31,95 (-2,31 %)
     
  • S&P 500

    5 487,24
    +0,21 (+0,00 %)
     

Atos : Le Maire veut sanctuariser les activités de contrôle des centrales nucléaires, «stratégiques»

Samuel Corum/Getty Images

Il faut sauver Atos. Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a annoncé ce mardi 28 mai son intention de placer sous le contrôle de l'État les activités de contrôle-commande des centrales nucléaires françaises actuellement détenues par le géant informatique français en difficulté Atos et jugées «stratégiques». «Je vous confirme que toutes les activités stratégiques resteront sous le contrôle de la puissance publique, y compris les commandes de contrôle de nos centrales nucléaires», a déclaré M. Le Maire sur CNews-Europe 1, évoquant une éventuelle reprise par «EDF ou une entreprise proche d'EDF».

Bercy, qui avait déjà exprimé son intérêt pour les activités souveraines du groupe (supercalculateurs utilisés pour la dissuasion nucléaire, contrats avec l'armée française et produits de cybersécurité), s'est déjà engagé à prêter 50 millions d'euros à l'entreprise pour l'aider à stabiliser sa situation financière et a acquis une «action de préférence», lui permettant de mettre son veto à certaines opérations au niveau de Bull, la filiale d'Atos qui construit ses supercalculateurs.

Mais Worldgrid, la filiale hautement critique d'Atos qui conçoit les systèmes de pilotage des centrales nucléaires notamment pour EDF, ne fait partie du périmètre «sécurisé» par l'État, alors qu'elle pourrait être cédée. «Je ferais en sorte que le contrôle-commande des centrales nucléaires, qui aujourd'hui est dans Atos et pas encore dans le périmètre que nous avons sécurisé, soit dans le périmètre (...) qui (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Comment Air France compte chouchouter ses passagers de première classe
Club Med : coup de tonnerre, le numéro deux du groupe claque la porte
Crillon, Ritz, Bristol : comment le mercato des grands chefs s'organise en coulisses
Caddie : un… quatrième redressement judiciaire en 10 ans pour le fabricant de chariots
Shein, Stripe, PowerCo… des introductions en Bourse attendues au tournant