Publicité
Marchés français ouverture 2 h 45 min
  • Dow Jones

    40 358,09
    -57,35 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    17 997,35
    -10,22 (-0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    39 324,96
    -269,43 (-0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    -0,0008 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    17 361,12
    -108,24 (-0,62 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 813,66
    -1 419,55 (-2,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 362,61
    -22,64 (-1,63 %)
     
  • S&P 500

    5 555,74
    -8,67 (-0,16 %)
     

Atos choisit Onepoint pour sa restructuration financière : une décision saluée par les salariés et créanciers

SK Sturm Fan/Wikimedia Commons

Le choix était plébiscité par les salariés du groupe informatique. Le conseil d'administration d'Atos, lourdement endetté, a annoncé mardi 11 juin choisir l'offre de reprise du consortium mené par Onepoint, son principal actionnaire, au détriment de celle de l'homme d'affaires tchèque Daniel Kretinsky, la considérant «mieux orientée en matière d'intérêt social de la société». «Atos travaillera avec le consortium Onepoint (emmené par David Layani, NDLR) pour parvenir à un accord définitif de restructuration financière qui sera ensuite mis en œuvre par le biais d'une procédure accélérée dédiée d'ici juillet 2024», a indiqué le groupe informatique français, dans un communiqué. L'offre bénéficie «du soutien d'un grand nombre de créanciers financiers d'Atos et assure ainsi avec plus de certitude la conclusion d'un accord définitif de restructuration financière», a-t-il ajouté.

L'entreprise, pilier technologique des JO de Paris cet été, avait annoncé avoir besoin de 1,1 milliard d'euros de liquidités pour son activité en 2024-2025 et vouloir réduire de 3,2 milliards d'euros sa dette brute, de 4,8 milliards d'euros, pour sauvegarder son activité. En concurrence avec celle d'EPEI, du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, allié au fonds Attestor, l'offre menée par David Layani, patron de Onepoint, allié à l'homme d'affaires Walter Butler, l'entreprise Econocom et des créanciers, prévoit un effacement de la dette à hauteur de 2,9 milliards d'euros, à convertir en fonds propres.

«Sous réserve (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

C&A : l’enseigne de mode familiale, aux prix entre Kiabi et Zara, fait son come-back en France
Cdiscount, Auchan Telecom… Les Opérateurs mobiles low cost mettent le paquet sur les promos
Ubisoft : Star Wars Outlaws et Assassin's Creed Shadow attendus au tournant
Note de la France : après la dissolution de l'Assemblée nationale, Moody’s lance une alerte
Dior : une filiale italienne placée sous administration judiciaire pour travail forcé