Publicité

Atos flambe en Bourse, l’État fait un gros chèque pour les pôles stratégiques

Omar Marques/Getty Images

Atos flambe en Bourse. L'action du groupe informatique en difficulté a grimpé de 20% dans les premiers échanges de la Bourse de Paris, après que l'État eut fait une offre de 700 millions d'euros pour acheter ses activités jugées stratégiques et sensibles. La valeur du titre est montée jusqu'à 94 centimes d'euro vers 9h15 ce vendredi 14 juin, soit une hausse de 22% par rapport à son prix de la veille. L'action affiche toujours une baisse de plus de 20% de sa valeur depuis le début de la semaine et l'annonce que le conseil d'administration d'Atos a choisi l'offre de reprise du consortium mené par Onepoint, son principal actionnaire.

La France va-t-elle conserver les activités stratégiques d'Atos, comme les supercalculateurs utilisés pour la dissuasion nucléaire ? L'État a proposé 700 millions d'euros pour les acheter, mais son offre doit encore être acceptée par le groupe informatique lourdement endetté. «Aucune certitude ne peut être apportée quant à l'issue des négociations et à la conclusion d'un accord définitif entre les parties», a mis en garde Atos ce vendredi dans un communiqué en annonçant l'offre de l'Etat.

Elle intervient deux jours après le choix du consortium mené par Onepoint pour la reprise d'Atos, et vise à éviter que ces activités, qui touchent à la souveraineté de la France, tombent entre les mains d'acteurs étrangers. Selon Atos, son conseil d'administration, sous l'égide de la conciliatrice Hélène Bourbouloux, et sa direction «vont discuter de cette proposition (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Atos : des taux d’intérêts prohibitifs pourraient ruiner les plans de David Layani
L’inflation grimpe en France, les prix de l’énergie et des aliments accélèrent
CAC 40 : la Bourse de Paris dans le rouge vif, vers sa pire semaine depuis deux ans
Engie : la descente aux enfers en Bourse jusqu’où, avec la menace du RN au pouvoir ?
Boeing à nouveau sur la sellette, menaces de poursuites en justice