Atelier des Lumières: qui est Culturespaces, passé maître dans l'art numérique immersif ?

ADL/ Marc Chagall

Atelier des Lumières à Paris, Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence... Derrière ces installations artistiques numériques, on trouve Culturespaces. Issu du monde plus "classique" des musées, l'opérateur privé français d'espaces culturels accélère son développement dans le numérique pour toucher un public plus large.

Dans le XIe arrondissement de Paris, les toiles de Marc Chagall s'animent du sol au plafond, sur les notes d'Igor Stravinsky, des Doors et de Yann Tiersen. Un mélange des genres qui fait recette à L'Atelier des Lumières, installé dans une ex-fonderie de 1.500 m2 depuis 2018. Après Tintin (qui revient jusqu'au 7 mai) et Cézanne, ce centre d'art numérique fait place depuis le 17 février à son exposition annuelle Chagall, Paris-New York. Des milliers d'images d'œuvres d'art numérisées y sont projetées, jaillissant sur toutes les surfaces de la halle et prenant vie au rythme de la musique.

Fondé en 1990 par Bruno Monnier, l'opérateur privé Culturespaces, qui gère notamment le musée Jacquemart-André (Paris) et le château des Baux-de-Provence (Bouches-du-Rhône), développe depuis cinq ans une spécialité digitale. "Nous réalisons par ailleurs quatre expositions temporaires par an, fait savoir le dirigeant. Mais notre métier est devenu difficile et notre activité classique s'est réduite."

Lire aussi"C’est une mort lente" : record d’annulations de spectacles d’opéras et d’orchestres

Face à la mondialisation et la flambée du coût des expositions temporaires, cet opérateur accélère fortement sur le numérique. Ce qui lui permet de s'adresser à un public plus large. Bruno Monnier a ainsi confié à son fils aîné Grégoire la direction de cette filiale, composée d'une équipe de 35 collaborateurs. Si le montant de chacune de ces réalisations peut atteindre 1 million d'euros, ce domaine présente de nombreux atouts. Plus accessible, car la centaine de tableaux utilisés est disponible sur des banques d'images. Et surtout plus facilement transportable, puisqu'ils se matérialisent sous la forme de plusieurs disques durs. Et le tout "sans[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi