La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    46 972,04
    +316,96 (+0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

La pollution lumineuse des satellites, nouvelle bête noire des astronomes

Quang Pham
·1 min de lecture
La pollution lumineuse des satellites, nouvelle bête noire des astronomes
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

ESPACE - Plus aucun endroit sur Terre n’est à l’abri de la pollution lumineuse des satellites révélait une étude publiée par la revue du Monthly Notices of the Royal Astronomical Society le 29 mars. Les nuisances causées par les satellites sont si importantes, qu’elles feront même l’objet d’un colloque d’astronomes à l’ONU ce dimanche 18 avril.

Eric Lagadec, astrophysicien et président de la Société Française d’Astronomie et d’Astrophysique (SF2A) explique les enjeux de cette nouvelle pollution au-dessus de nos têtes dans la vidéo en tête d’article.

La constellation Starlink dans le viseur

Comme l’explique l’expert, les astronomes sont particulièrement inquiets du lancement par la société SpaceX de la constellation Starlink qui pourra compter jusqu’à 42.000 satellites. Une telle concentration de satellites artificiels dans le ciel perturbera grandement les observations par télescopes.

Il y a la pollution lumineuse qu’ils produisent au crépuscule et à l’aube lorsqu’ils reflètent la lumière du soleil, mais les satellites émettent également des ondes radio qui provoquent des interférences et nuisent ainsi au fonctionnement des radiotélescopes.

En guise de solutions, les scientifiques souhaitent que les industriels spatiaux réfléchissent à concevoir leurs satellites différemment afin de réduire au maximum les nuisances causées à la recherche astronomique. Les astronomes réclament également l’établissement d’une carte de vol des satellites qui permettrait, en temps réel, d’anticiper les perturbations.

À voir également sur Le HuffPost: Les satellites Starlink d...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.