Marchés français ouverture 7 h 16 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 548,00
    +581,99 (+2,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2105
    +0,0018 (+0,15 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,99 (-3,64 %)
     
  • BTC-EUR

    38 435,24
    +340,40 (+0,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    929,86
    -3,28 (-0,35 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

AstraZeneca : la vaccination suspendue dans plusieurs hôpitaux

·2 min de lecture

L'arrivée du vaccin AstraZeneca, plus facile à conserver, était très attendue dans l'Hexagone. Mais les premières remontées ne sont pas forcément encourageantes. Alors que la France a décidé de ne l'administrer qu'au moins de 65 ans, faute de données suffisantes sur les personnes âgées, voilà que des effets secondaires importants ont été rapportés par plusieurs hôpitaux de l'Ouest. Selon les informations du Télégramme, 20% à 25% du personnel soignant vacciné auraient ressentit des syndromes grippaux avec maux de tête et fortes fièvres, nécessitant un arrêt de travail. Face à ce constat, plusieurs établissements hospitaliers ont alors préféré suspendre la campagne de vaccination.

15% du personnel vacciné de l'hôpital de Saint-Lô en Normandie a fait des malaises à cause de la fièvre et a ressenti des nausées. À Brest et à Quimper, en Bretagne, 20% à 25% du personnel s'est mis en arrêt. Alors à Morlaix, on a préféré suspendre la campagne de vaccination alors qu'elle devait débuter vendredi 12 février.

>> A lire aussi - AstraZeneca : des profits doublés… mais un vaccin anti- Covid-19 controversé !

Il s'agit d'un simple "principe de précaution". "Je vous rappelle que nous, soignants, nous nous vaccinons contre la grippe tous les ans et une année sur deux ou trois, vous avez un peu de fièvre, vous êtes un peu patraque, mais vous serez les dents et ça ne vous empêche pas d’aller travailler. Je peux comprendre ce principe de précaution, mais ça crée une ambiance de méfiance qui n’est pas salutaire pour la vaccination", déplore au micro de RMC l’infectiologue Pr Enrique Casalino. Un avis partagé par l’URML (Union régionale des médecins libéraux), citée par Paris Normandie. "Attention à ne pas en faire des caisses. C’est un moment un peu désagréable à passer, mais ça dure 48 heures, et avec du paracétamol, ça passe", affirme le Dr Antoine Leveneur, président de l’URML Normandie.

D'après le laboratoire AstraZeneca, les effets secondaires touchent de 12% à 15% des personnes vaccinées. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Airbus : l’aéronautique en Occitanie a une bonne visibilité, juge la Banque de France
Affaire GameStop : le gendarme de la Bourse appelle à la vigilance en France
L’Oréal fait un carton en Chine et dans le e-commerce : le conseil Bourse du jour
Démission du n°1 de KPMG Royaume-Uni, qui avait demandé aux salariés de ne pas "jouer la carte de la victime"
Un Airbus endommagé dans une attaque de drones