Marchés français ouverture 2 h 51 min
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 465,71
    -634,67 (-2,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,2034
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    28 652,92
    -482,81 (-1,66 %)
     
  • BTC-EUR

    45 946,65
    +322,20 (+0,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 265,90
    +31,49 (+2,55 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     

AstraZeneca: un vaccin au coeur des soupçons

·2 min de lecture

A l'instar de nombreux pays européens, la France a choisi lundi de "suspendre par précaution" l'utilisation du vaccin AstraZeneca, en attendant un avis de l'Agence européenne du médicament qui sera rendu mardi après-midi, a annoncé Emmanuel Macron.

La course au vaccin a décidément des allures de chemin de croix pour AstraZeneca. Vilipendé par une Union européenne (UE) excédée par l’accumulation , le géant britannique affronte depuis quelques jours un mur de critiques de l'antidote qu'il a développé avec l'Université d'Oxford. Après de nombreux pays européens (Allemagne, Norvège, Danemark, Irlande...), l'utilisation du vaccin britannique, en attendant un avis de l'Agence européenne du médicament qui sera rendu mardi après-midi, a annoncé Emmanuel Macron.

Une douzaine de pays ont suspendu par précaution l'utilisation du vaccin AstraZeneca, malgré des campagnes de vaccination poussives, après le signalement d'effets secondaires "possibles" mais sans lien avéré à ce stade. La firme pharmaceutique affirme de son côté qu'il n'y a "aucune preuve de risque aggravé" de caillot sanguin entraîné par son vaccin, tandis que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu'il n'y a "pas de raison de ne pas utiliser" ce vaccin. De son côté, l'Agence européenne du médicament (EMA) mène une enquête approfondie. L'EMA avait indiqué mercredi dernier avoir recensé "30 cas en Europe parmi 5 millions de personnes vaccinées avec le vaccin AstraZeneca". L'institution européenne ajoutait que le nombre de cas de ces troubles n'est "pas supérieur chez les patients vaccinés au nombre observé dans la population générale".

Vaccin de masse

Arrivé en troisième position de la course effrénée au vaccin après les "Ferrari" de l’ARN Messager, et Moderna, AstraZeneca a mis au point le premier vaccin de masse anti-Covid. Nettement moins cher que ses concurrents (environ deux euros la dose contre plus de dix euros pour les autres), plus facilement stockable, il vise une production vertigineuse de trois milliards de doses en 2021, soit un milliard de plus que le duo Pfizer-BioNTech. "AstraZeneca, qui est spécialisé dans les cancers et n’est pas un acteur majeur du vaccin, ne faisait clairement pas partie des Big Pharma que l’on attendait sur c[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi