La bourse ferme dans 10 min
  • CAC 40

    5 972,53
    -67,16 (-1,11 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 439,92
    -44,56 (-1,28 %)
     
  • Dow Jones

    29 983,76
    -332,56 (-1,10 %)
     
  • EUR/USD

    0,9863
    -0,0123 (-1,23 %)
     
  • Gold future

    1 718,30
    -12,20 (-0,70 %)
     
  • BTC-EUR

    20 193,88
    -345,62 (-1,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    450,67
    -7,74 (-1,69 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,70
    +1,18 (+1,36 %)
     
  • DAX

    12 497,35
    -173,13 (-1,37 %)
     
  • FTSE 100

    7 031,67
    -54,79 (-0,77 %)
     
  • Nasdaq

    10 957,02
    -219,38 (-1,96 %)
     
  • S&P 500

    3 736,61
    -54,32 (-1,43 %)
     
  • Nikkei 225

    27 120,53
    +128,32 (+0,48 %)
     
  • HANG SENG

    18 087,97
    +1 008,46 (+5,90 %)
     
  • GBP/USD

    1,1247
    -0,0227 (-1,98 %)
     

Les assureurs français testent la technologie de la blockchain

Une quinzaine d'assureurs français ont expérimenté la technologie blockchain dans l'idée de simplifier leurs échanges de données sécurisées, a annoncé jeudi la Fédération française de l'Assurance (FFA).

"Quatorze assureurs (...) ont expérimenté le déploiement de cette technologie pour des échanges de données sécurisées", dit la FFA dans un communiqué, précisant que l'expérience avait duré quatre mois et sans donner l'identité des compagnies concernées.

La "blockchain", qui fonctionne sur le modèle d'un registre public et infalsifiable, est surtout connue comme la technologie sous-jacente aux cryptomonnaies comme le bitcoin.

Au-delà, elle suscite un large intérêt du monde financier pour ses multiples applications, notamment car son fonctionnement décentralisé est en mesure d'accélérer les procédures de sécurité et de traçabilité en se passant de tiers de confiance.

La loi Hamon en question

Dans le cas de l'expérience relayée par la FFA, il s'agissait de simuler les conséquences de la loi Hamon sur la consommation, qui permet aux particuliers de changer plus facilement d'assureur: ils peuvent résilier leur contrat quand ils le souhaitent après un an.

Aux termes de cette loi, c'est au nouvel assureur choisi par le client de s'assurer des formalités de résiliation et de prendre soin que la couverture ne s'interrompe pas dans l'intervalle, ce qui nécessite donc une...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi