Assurances : comment riposter à la flambée des tarifs

Les primes s’envolent depuis trois ans. Conseils pour souscrire les garanties vraiment utiles et choisir la compagnie la moins gourmande.

Pour justifier le relèvement de leurs tarifs, les compagnies invoquent le plus souvent la hausse des sinistres. A commencer par les accidents de la route qui, même s’ils ont été moins nombreux en 2012 (– 1%), coûtent de plus en plus cher en réparation matérielle. «Les montants d’indemnisation corporelle ne cessent aussi d’enfler», signale Christian Scholly, directeur juridique de l’Automobile Club Association. En habitation, c’est l’augmentation des cambriolages (+ 4% sur un an) et les dégâts liés aux grands froids du début 2012 qui expliquent l’envolée tarifaire.

Certes, tous les clients ne sont pas touchés de la même manière. Ces surcoûts sont supportés en priorité par les assurés fidèles, les nouveaux entrants bénéficiant le plus souvent de cadeaux de bienvenue (rabais, mois gratuits…). Quelle que soit votre situation, il y a toujours moyen d’alléger la note. La solution la plus simple est de faire le ménage dans les options superflues de votre contrat, opération qui peut générer un gain de 15 à 20%. Changer de compagnie est toutefois plus rentable : les tarifs entre deux établissements varient parfois du simple au double. Mais attention, pour résilier un contrat, il faut prévenir l’assureur au moins deux mois avant l’échéance annuelle.

Méfiez-vous des tarifs auto trop alléchants

Les contrats auto à prix cassés ne sont pas toujours les plus intéressants, car la franchise appliquée (c’est-à-dire la part des dépenses qui restera à votre charge en cas d’accident ou de vol) est souvent très élevée. Résultat, au premier accrochage dont vous serez responsable, vous perdrez l’économie réalisée à la souscription. Prenez un retraité roulant en Peugeot 208 : son assurance ne lui coûte que 271 euros par an chez Aloa Assur­ances, une compagnie Internet, soit 23 euros ...

... Lire la suite sur capital.fr