La bourse ferme dans 2 h

Assurance vie : vers des rendements catastrophiques pour les fonds en euros ?

Le sens de l’histoire est connu, reste à déterminer l’ampleur de la baisse. Car composés à plus de 80% d’obligations (environ deux tiers d’entreprise et un tier d’États), les fonds en euros des contrats d'assurance vie sont mécaniquement impactés par les taux bas, voire négatifs sur certains titres obligataires (le 2 décembre le Bund à 10 ans en Allemagne évoluait autour de -0,30%).

Certes, les actions (autour de 8% de l’encours) et l’immobilier (autour de 6%) soutiendront les performances des actifs en portefeuille en 2019. Mais la messe est dite. Les assureurs, vivement incités par l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), vont répercuter la baisse des taux d’intérêt sur la rémunération servie à leurs clients. Car pour beaucoup d’observateurs, cette situation de taux très bas devrait durer et pourrait alors constituer un scénario dit «à la japonaise».

L’assureur Swiss Life est le premier à annoncer ses taux cette année, avant même la clôture de l’exercice 2019. Ils sont compris entre 1% et 2,7% (dans la foulée Generali a annoncé à ses partenaires un taux de rendement plancher là-aussi de 1%), correspondant à une baisse pour le taux minimum de 0,5 point de pourcentage, soit un tiers de moins que le rendement de 1,5% affiché en 2018.

Si l’érosion du marché de l’assurance vie est équivalente, le rendement moyen évoluerait alors à 1,3% en 2019 (1,8% en 2018) avant les prélèvements sociaux de 17,2%. Il faut remonter à 2002 pour retrouver un tel niveau de baisse des rendements qui étaient alors passé de 5,3 à 4,8%.

Bonus pour la prise de risques

Pour encourager la diversification financière des contrats, la compagnie propose depuis plusieurs années des bonus de rendement. Le principe : plus votre contrat est composé d’unités de compte, meilleur est le rendement du fonds en euros. Ainsi en dépassant 60% d’unités de compte, le solde de votre Cliquez ici pour lire la suite