La bourse est fermée

Assurance vie : l’eurocroissance va-t-il (enfin) convaincre les épargnants d’oublier le fonds en euros ?

Avec la (nouvelle) baisse annoncée de la rémunération du fonds en euros pour 2019, l’heure est plus que jamais à la diversification pour les détenteurs d’un contrat d’assurance vie. D’autant que plusieurs grands assureurs de la place ont annoncé, sous l’impulsion de l’ACPR, qu’ils comptaient durcir les limites d’accès à leurs supports en euros pour les futurs versements. Frais à l’entrée plus élevés, obligation d’investir sur des unités de compte, nette baisse du taux servi par le fonds en euros classique en 2019… toutes les méthodes sont bonnes pour détourner les épargnants de ce support au capital garanti.

Il faut dire qu’avec les rendements très faibles - voire négatifs - des obligations, la principale classe d’actifs composant les fonds en euros classiques, il devient compliqué pour les assureurs de délivrer de la performance. Du coup, ils cherchent à inciter les épargnants à prendre un peu plus de risques, et donc à aller chercher, potentiellement, plus de rendement. Les unités de compte pouvant effrayer plus d’un épargnant au vu de la prise de risque qu’elles impliquent, Bercy veut mettre en avant un autre produit : le fonds eurocroissance, à mi-chemin entre le fonds en euros et les unités de compte.

>> A lire aussi - Assurance vie : Aviva, Allianz, Generali… on connaît les premiers rendements 2019 des fonds en euros

Les épargnants pourront ainsi profiter d’un “nouvel outil dans la palette des alternatives au fonds en euros”, selon le ministère. En réalité, ce support n’est pas vraiment nouveau… Le fonds eurocroissance est déjà proposé depuis plusieurs années dans certains contrats d’assurance vie. Mais on peut compter sur les doigts de la main les distributeurs qui proposent ce produit : l’Afer, Agipi dans son contrat Cler, Axa dans son contrat Excelium, Generali avec son fonds G Croissance 2014 et BNP Paribas Cardif avec son fonds Eurocroissance Patrimoine.

Capital garanti au bout de 8 ans au minimum

Comme le fonds en euros, l’eurocroissance permet de profiter d’une

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les petits secrets de Jean-Paul Mochet, le patron de Monoprix
Sept catastrophes naturelles ont coûté plus de dix milliards de dollars en 2019
Que risque mon employeur s'il ne me fait pas passer d'entretien professionnel ?
Playmobil et Lego : mais comment se passer du plastique ?
Boeing : un nouveau départ lié au 737 MAX