La bourse est fermée

Assurance vie : comment les assureurs vous forcent la main pour prendre plus de risques

Le gendarme de l’assurance persiste et signe. Un peu plus d’un mois après avoir demandé aux professionnels de l’assurance vie de communiquer avec plus de clarté sur les risques liés à la souscription d’unités de compte dans des contrats d’assurance vie, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) récidive dans un communiqué publié le 10 mars 2020. Elle rappelle ainsi que “l’assurance vie est un produit de long terme dont les caractéristiques doivent être clairement expliquées aux clients par les professionnels”. Un message qui s’adresse plus encore aux épargnants qu’aux assureurs et distributeurs de contrats. Les assurés sont en effet les premiers exposés sur des supports (actions, SCPI, trackers…) mis en avant en raison de leur rémunération potentiellement bien plus élevée que sur les fonds euros. L’an passé, de nombreuses unités de compte (UC) ont en effet bénéficié à plein de la forme des marchés financiers (+26,37% sur le CAC 40 sur un an à fin 2019). Mais cette performance n’est pas sans risque. Et c’est sur ce point que l’ACPR entend bien appuyer.

Le fonds euros ne rapporte plus

Pour l’ACPR, il est essentiel de rappeler que l’investissement en unités de compte ne suit pas la même logique que le fonds euros, où le capital est garanti. “Les clients sont de plus en plus souvent incités à orienter tout ou partie de leur épargne en assurance vie (nouvelles souscriptions ou versements sur des contrats anciens) vers des supports en unités de compte plutôt que vers des supports en euros”, note le gendarme de l’assurance. Une tendance qui s’explique en premier lieu par les rendements au plancher des supports en euros, qui offrent certes une garantie du capital mais ne procurent plus en moyenne que des taux d’intérêt moyens d’environ 1,40%. Un plus bas historique qui sera sans surprise de nouveau battu en 2020, les fonds euros étant composés en grande partie d’obligations dont les taux sont actuellement proches de zéro, lorsqu’ils ne sont pas négatifs. Difficile

(...) Cliquez ici pour voir la suite

En campagne et en arrêt maladie : les erreurs de Michèle Rubirola, la candidate de la gauche à Marseille
Être maire d’une grande ville et toucher une allocation chômage, c’est possible
Éric Judor se lance dans un juteux business
Bourse : Air France-KLM, Easyjet, Lufthansa… les compagnies aériennes en perdition ?
La surprenante proposition des gendarmes de l'Ardèche pour lutter contre le coronavirus