La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 719,62
    -724,10 (-3,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

Assurance: les sinistres climatiques depuis janvier vont couter 5,2 milliards d'euros

Les catastrophes naturelles en France ont généré 1,4 million de sinistres entre janvier et août et entraîneront 5,2 milliards d'euros d'indemnisation de la part des assureurs, selon le dernier pointage transmis vendredi par la fédération professionnelle à l'AFP.

Le total des sinistres climatiques au cours des huit premiers mois de l'année "est déjà bien supérieur au coût constaté chaque année depuis 2017 qui s'établissait en moyenne à 3,5 milliards d'euros sur 12 mois", précise France Assureurs.

Deux facteurs principaux l'expliquent : une fréquence plus importante d'événements jusqu'alors inhabituels, comme les fortes intempéries de mai et juin, et la hausse des prix de matériaux de construction nécessaires aux réparations.

Cette nouvelle estimation "n'inclut pas les effets de la sécheresse et une partie des dommages sur les récoltes, pour lesquels la sinistralité est connue plus tard dans l'année", ajoute la fédération.

Écornés par l'émission Cash Investigation diffusée jeudi sur France 2, les assureurs ont par ailleurs à cœur de montrer le rôle qu'ils jouent le jeu aux côtés de leurs clients assurés.

D'autant qu'une réunion cruciale les attend en début de semaine prochaine au ministère de l'Économie et des finances.

Face à une inflation forte – 5,9% sur un an au mois d'août selon l'Insee –, le gouvernement avait invité les entreprises, en mesure de le faire, à un geste en faveur du pouvoir d'achat des français.

"Il n'y a pas de raison que les assureurs ne contribuent pas, eux aussi, à l'effort collectif", indiquait mercredi Bruno Le Maire devant une commission de l'Assemblée nationale.

bp/ha/bt