La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 617,92
    +482,93 (+1,66 %)
     
  • Nasdaq

    11 014,85
    +185,34 (+1,71 %)
     
  • Nikkei 225

    26 173,98
    -397,89 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    0,9748
    +0,0151 (+1,57 %)
     
  • HANG SENG

    17 250,88
    -609,43 (-3,41 %)
     
  • BTC-EUR

    20 042,86
    +287,30 (+1,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    445,12
    +16,34 (+3,81 %)
     
  • S&P 500

    3 709,49
    +62,20 (+1,71 %)
     

Assurance emprunteur : ce qui change au 1er septembre 2022

La loi Lemoine autorise les changements d’assurance à tout moment à partir du 1er septembre, vous attendez-vous à un grand chamboulement ? Un sondage que nous avons réalisé avec l’IFOP au printemps montre que 53% des Français ayant un crédit immobilier en cours connaissent la loi Lemoine et comptent changer d’assurance emprunteur d’ici à la fin de l’année. C’est donc un bouleversement majeur auquel tous les acteurs du secteur se préparent. Qui a intérêt à changer d’assurance ? Toute personne qui a souscrit à une assurance emprunteur sans chercher à faire jouer la concurrence, à l’exception peut-être de ceux dont l’état de santé se serait dégradé et qui ne seraient pas couvertes par la suppression du questionnaire de santé. Mais je veux néanmoins souligner qu’une assurance emprunteur ne se résume pas à un tarif. Comme pour toute assurance, il convient de comparer aussi l’étendue des couvertures offertes et leur adéquation par rapport à la situation personnelle de l’emprunteur. La loi Lemoine dispense de questionnaire médical si le prêt se termine avant les soixante ans de l'assuré et que les prêts immobiliers sont inférieurs à 200.000 euros par personne (400.000 euros pour un couple). Cela pourrait -il créé un effet d’aubaine ? C’est un risque que redoutent en effet les compagnies d’assurance. Les emprunteurs qui subissent aujourd’hui des surprimes du fait de pathologies et qui remplissent les conditions prévues pour la suppression du questionnaire médical ont tout à gagner à remettre les pendules à zéro. C’est un effet inévitable de la mutualisation des risques voulues par le législateur. Constatez-vous en conséquénce une hausse des tarifs d’assurance pour les emprunteurs non soumis au questionnaire ? La suppression du questionnaire de santé implique une mutualisation des risques entre les clients bien-portants et ceux ayant des problèmes de Cliquez ici pour lire la suite