La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2167
    +0,0098 (+0,82 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 184,37
    +1 467,87 (+3,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0098 (+0,70 %)
     

Assurance chômage: la réforme inégalitaire sur la reprise d'activité selon l'Unédic

·2 min de lecture

Le nouveau mode de calcul de l'allocation de l'assurance chômage va défavoriser les demandeurs d'emploi qui reprennent une activité à cheval sur deux mois, selon une étude de l'Unédic révélée ce lundi 3 mai par la CGT qui y voit une raison supplémentaire de contester la réforme.

Le nouveau mode de calcul de l'allocation de l'assurance chômage va défavoriser les demandeurs d'emploi qui reprennent une activité à cheval sur deux mois, selon une étude de l'Unédic révélée ce lundi 3 mai par la CGT qui y voit une raison supplémentaire de contester la réforme.

Prenant divers exemples de personnes ayant des contrats fractionnés, l'Unédic constate que les nouvelles modalités de calcul, qui doivent entrer en vigueur le 1er juillet, auront pour effet "de verser moins d'allocations journalières à un salarié qui reprend une activité à cheval sur deux mois qu'au salarié ayant repris une activité d'une même durée au cours d'un seul et même mois civil".

"Bien que cette tendance était déjà observée (...) les dispositions issues du décret 2021 en accentuent sensiblement l'incidence", ajoute l'Unédic dans cette étude réalisée à la demande du syndicat.

"Ces inégalités de traitement, pour des salariés strictement identiques (mêmes salaires, mêmes emplois), peuvent être encore plus importantes que ce que les premières analyses pouvaient laisser craindre", a commenté le sociologue Mathieu Grégoire en présentant l'étude Unédic lors d'une conférence de presse de la CGT.

Salaire journalier de référence

Ceci est la conséquence de l'impact de la réforme du Salaire journalier de référence (SJR), base de l'indemnisation, sur les règles complexes du cumul allocation-salaire (activité réduite) qui font que chaque jour supplémentaire d'emploi dans le mois entraîne une diminution de l'indemnisation mensuelle.

Selon M. Grégoire, dans les exemples de l'étude, "dans un mois, il n'y aura plus d'allocation possible à partir du 16e jour d'emploi" contre 25 sous les anciennes règles.

Conséquence, pour un contrat de 31 jours qui serait réparti sur deux mois (15 jours sur l'un, 16 sur l'autre), le demandeur ne toucherait qu'un jour d'allocation chômage sur les deux mois contre un mois entier si ses 31 jours sont sur un seul mois calendaire.

"Malgré nos alertes, le gouvernement n'a l[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi