Marchés français ouverture 4 h 17 min
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    29 612,14
    +254,32 (+0,87 %)
     
  • EUR/USD

    1,2160
    -0,0009 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    28 684,89
    +74,24 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    48 412,67
    -137,87 (-0,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 549,24
    +113,46 (+7,90 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     

Assurance-chômage: le gouvernement prêt à revoir sa copie, les syndicats toujours remontés

·2 min de lecture

La réforme de l'assurance-chômage continue à faire des remous: reconnaissant un "problème" dans le calcul des allocations pour les personnes ayant été au chômage partiel ou en congé maternité, le gouvernement s'est dit prêt à revoir sa copie, sur fond de critiques renouvelées des syndicats.

Décidée en juillet 2019 dans un marché de l'emploi alors dynamique, la réforme de l'assurance-chômage avait été suspendue à l'aune de la crise du Covid-19. Elle doit désormais entrer en vigueur à compter du 1er juillet dans une version amendée.

Si le durcissement d'une partie des règles, notamment sur l'ouverture des droits, est désormais soumis à une clause de "retour à meilleure fortune", la disposition la plus contestée par les syndicats entrera bien en vigueur cet été. Il s'agit du nouveau mode de calcul des allocations, moins favorable aux demandeurs d'emploi qui alternent régulièrement périodes de chômage et d'activité.

Un "enjeu d'équité"

L'exécutif défend un "enjeu d'équité", le système actuel étant plus favorable à ceux qui alternent contrats courts et inactivité qu'à ceux qui travaillent en continu. Selon les calculs de l'Unédic, 1,15 million de personnes qui ouvriront des droits à l'assurance-chômage dans l'année suivant le 1er juillet devraient ainsi toucher une allocation mensuelle plus faible qu'avec les règles actuelles (de 17% en moyenne) avec dans le même temps une "durée théorique d'indemnisation" allongée (14 mois en moyenne contre 11 avant la réforme).

A la demande de Force ouvrière, l'organisme paritaire a aussi effectué des simulations montrant qu'avec les mêmes périodes d'emploi et des rémunérations égales, les salariés ayant été en chômage partiel, en congé maladie ou maternité, seraient moins bien indemnisés que les autres. Les cas-types montrent un écart d'environ un tiers dans l'allocation mensuelle. C'est sur ce point que le gouvernement s'est dit prêt à corriger des "effets non voulus".

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi