La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 166,62
    -235,39 (-0,75 %)
     
  • EUR/USD

    1,2096
    -0,0090 (-0,74 %)
     
  • Gold future

    1 719,20
    -56,20 (-3,17 %)
     
  • BTC-EUR

    39 662,11
    -2 665,62 (-6,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    962,07
    +28,93 (+3,10 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,26
    -1,27 (-2,00 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 292,16
    +172,73 (+1,32 %)
     
  • S&P 500

    3 840,59
    +11,25 (+0,29 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3948
    -0,0065 (-0,47 %)
     

Assurance chômage : la concertation entre le gouvernement et les syndicats reprend sur une réforme mise à mal par la crise

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

La ministre du Travail, Elisabeth Borne, doit rencontrer ce lundi plusieurs dirigeants d'organisations syndicales et patronales afin de poursuivre les négociations autour de cette réforme contestée.

Un nouvel épisode de négociations s'ouvre pour l'exécutif. La ministre du Travail, Elisabeth Borne, rencontre un à un dirigeants syndicaux et patronaux, lundi 25 janvier, avec l'objectif de réduire les divergences sur la réforme de l'assurance chômage. Celle-ci est toujours "prioritaire" mais ne devrait s'appliquer que lorsque la situation de l'emploi s'améliorera.

Décidée en juillet 2019 par le gouvernement d'Edouard Philippe après l'échec d'une négociation sociale très encadrée par l'exécutif, la réforme visait à réaliser 1 à 1,3 milliard d'euros d'économies par an, notamment en durcissant les règles d'indemnisation et en taxant le recours abusif aux contrats courts.

Mais la brutalité de la crise sanitaire du Covid-19 a contraint le gouvernement à reporter son application, actuellement prévue au 1er avril, et à proposer en novembre des aménagements sur les quatre grands paramètres contestés de la réforme : conditions d'ouverture des droits, mode de calcul de l'indemnisation, dégressivité de l'allocation et "bonus-malus" sur les cotisations des entreprises.

Une réforme affectée par la crise

Sans illusions sur la possibilité d'obtenir l'adhésion des cinq organisations syndicales et trois patronales reçues tout au long de la journée, le ministère veut néanmoins rediscuter "des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi