La bourse ferme dans 5 h 4 min
  • CAC 40

    5 814,32
    +21,53 (+0,37 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 716,29
    +9,67 (+0,26 %)
     
  • Dow Jones

    31 535,51
    +603,14 (+1,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,2031
    -0,0029 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 730,70
    +7,70 (+0,45 %)
     
  • BTC-EUR

    40 596,67
    +989,63 (+2,50 %)
     
  • CMC Crypto 200

    981,50
    -5,15 (-0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    60,59
    -0,05 (-0,08 %)
     
  • DAX

    14 059,48
    +46,66 (+0,33 %)
     
  • FTSE 100

    6 623,64
    +35,11 (+0,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 588,83
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 901,82
    +90,67 (+2,38 %)
     
  • Nikkei 225

    29 408,17
    -255,33 (-0,86 %)
     
  • HANG SENG

    29 095,86
    -356,71 (-1,21 %)
     
  • GBP/USD

    1,3903
    -0,0017 (-0,12 %)
     

Assurance-chômage: le chantier XXL de l'indemnisation redémarre

·2 min de lecture

Symbole de la capacité réformatrice du gouvernement, le chantier de l’indemnisation redémarre le 25 janvier. Avec des syndicats furieux.

C’est l’heure de l’offensive. Pour montrer que la crise sanitaire n’arrête pas les réformes, le gouvernement va remettre au pot celle de l’assurance-chômage, un chantier explosif déjà reporté deux fois à cause de l’épidémie de Covid-19. « La réforme est prête, assure une ministre, toute la question est de trouver le bon timing pour la sortir. » Il semble que le moment soit venu : la ministre du Travail, Elisabeth Borne, va donner le top départ le 25 janvier d’un énième round de discussions avec les syndicats, vent debout contre le projet.

Au menu, plusieurs points de discorde, dont le calcul de l’allocation, qui avait été modifié pour ne plus favoriser les chômeurs qui enchaînent périodes de chômage et contrats courts par rapport aux autres. A la clé, quelque 3,6 milliards d’économies pour éponger un déficit qui a explosé en 2020 (voir graphique ci-dessous). Seul hic, le Conseil d’Etat l’a annulé en novembre, tout comme l’instauration d’un bonus-malus sur les cotisations des entreprises pour les inciter à embaucher en CDI plutôt qu’en CDD, obligeant le gouvernement à revoir sa copie. En revanche, pas question de toucher à la dégressivité des allocations pour les cadres ni au durcissement des règles d’éligibilité au régime (six mois travaillés au minimum au lieu de quatre aujourd’hui), deux mesures suspendues en raison de la crise sanitaire, mais qui devraient un jour entrer en application.

Révolution de l’étatisation

Un autre sujet brûlant pourrait s’inviter dans les pourparlers : la gouvernance. Le Conseil d’analyse économique (CAE), un groupe d’économistes rattaché au Premier ministre, suggère dans une récente note ni plus ni moins d’étatiser le régime d’assurance-chômage. « Depuis 2018, l’Etat encadre les négociations entre partenaires sociaux qui, finalement, n’arrivent pas à se mettre d’accord, déplore Pierre Cahuc, professeur à Sciences-Po, l’un des coauteurs. Du coup, le gouvernement est obligé de reprendre la main. »

Pour gagner en efficacité, ses signatair[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi