La bourse ferme dans 5 h 34 min
  • CAC 40

    6 218,40
    -78,29 (-1,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,71
    -42,20 (-1,05 %)
     
  • Dow Jones

    34 077,63
    -123,04 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,2061
    +0,0020 (+0,17 %)
     
  • Gold future

    1 765,10
    -5,50 (-0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    45 553,85
    -1 961,46 (-4,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 239,33
    -59,63 (-4,59 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,98
    +0,60 (+0,95 %)
     
  • DAX

    15 244,87
    -123,52 (-0,80 %)
     
  • FTSE 100

    6 939,43
    -60,65 (-0,87 %)
     
  • Nasdaq

    13 914,77
    -137,58 (-0,98 %)
     
  • S&P 500

    4 163,26
    -22,21 (-0,53 %)
     
  • Nikkei 225

    29 100,38
    -584,99 (-1,97 %)
     
  • HANG SENG

    29 135,73
    +29,58 (+0,10 %)
     
  • GBP/USD

    1,3982
    -0,0002 (-0,02 %)
     

Assurance-chômage : Borne dévoile les assouplissements (déjà critiqués) de la réforme

·1 min de lecture

C'est une étape-clé pour la réforme de l’Assurance-chômage. Mardi matin, la ministre du Travail Elisabeth Borne réunit - en visio-conférence - les syndicats et le patronat pour leur présenter les pistes que le gouvernement compte mettre en œuvre, suite à la concertation ouverte avec eux en septembre dernier. Repoussée à deux reprises en raison de la crise sanitaire, la réforme va donc cette fois s'accélérer…. En dépit de l’opposition unanime des syndicats qui, fait rarissime, ont publié une déclaration commune contre la réforme la semaine dernière. "Il faut aller au bout de cette réforme. Les organisations patronales et syndicales pourront constater qu’on a pris en compte des remarques, et qu’on est prêts à l’adapter pour tenir compte de la situation du marché du travail", martelait Elisabeth Borne, la semaine dernière sur Europe 1. 

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Quelques assouplissements prévus

La ministre du Travail prévoit donc d'assouplir certains paramètres de la réforme. Par exemple, l’accès à l’indemnisation lors de la perte d'un emploi sera plus restrictif, comme prévu, mais pas pour les jeunes. Ils devraient continuer à bénéficier des règles actuelles, c'est-à-dire avoir travaillé quatre mois au cours des 28 derniers mois, tant que le marché du travail ne s’améliore pas.

Deuxième point d'évolution : la dégressivité des allocations pour les gros salaires plus de 4.500 euros brut par mois. Ce ne serait pas à partir du septième mois d’indem...


Lire la suite sur Europe1