Publicité
La bourse ferme dans 4 h 12 min
  • CAC 40

    8 095,81
    -45,65 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,12
    -11,87 (-0,24 %)
     
  • Dow Jones

    39 872,99
    +66,22 (+0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0834
    -0,0025 (-0,23 %)
     
  • Gold future

    2 418,20
    -7,70 (-0,32 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 777,55
    -840,50 (-1,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 521,03
    -5,39 (-0,35 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,24
    -0,42 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 687,04
    -39,72 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    8 385,19
    -31,26 (-0,37 %)
     
  • Nasdaq

    16 832,62
    +37,75 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    5 321,41
    +13,28 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 617,10
    -329,83 (-0,85 %)
     
  • HANG SENG

    19 195,60
    -25,02 (-0,13 %)
     
  • GBP/USD

    1,2715
    +0,0004 (+0,03 %)
     

Assemblée : la fin du régime de retraite des présidents de la République votée en commission

La mesure, adoptée lors de l'examen du budget 2024 de l'État en commission, s'appliquerait aux présidents élus après le 1er avril 2022.  - Credit:Vincent Isore / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP
La mesure, adoptée lors de l'examen du budget 2024 de l'État en commission, s'appliquerait aux présidents élus après le 1er avril 2022. - Credit:Vincent Isore / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP

Les députés de la commission des Finances ont voté lundi une mesure proposée par le PS pour supprimer le régime spécial de retraites des présidents de la République, sans garantie que la disposition soit conservée lors du recours au 49.3. La mesure, adoptée lors de l'examen du budget 2024 de l'État en commission, s'appliquerait aux présidents élus après le 1er avril 2022, comme Emmanuel Macron.

Fin 2019, en plein bras de fer autour d'une précédente tentative de réforme des retraites, l'Élysée avait indiqué qu'Emmanuel Macron renonçait par avance à sa future retraite de président de la République, équivalente au salaire d'un conseiller d'État, à l'époque 6 220 euros brut mensuel. Il serait ainsi le premier président à renoncer au bénéfice de la loi du 3 avril 1955.

Un amendement écarté en cas de 49.3

Le régime spécial subsiste toutefois toujours dans la loi. « Je pense qu'il n'y a pas de souci » du côté d'Emmanuel Macron, mais « pour l'instant, rien n'a été mis en œuvre pour respecter cet engagement », explique la députée socialiste Christine Pirès Beaune à l'Agence France-Presse. « Il faut l'arrêté qui va bien pour affilier Emmanuel Macron au régime général » des retraites, a-t-elle demandé.À LIRE AUSSI Retraites complémentaires : vers un « hold-up » du gouvernement ?

En commission, l'élue du Puy-de-Dôme a invoqué un « devoir d'exemplarité » après les « exigences iniques » de la réforme des retraites de 2023 et son report de l'âge légal de départ à 64 ans. Le [...] Lire la suite