La bourse ferme dans 7 h 47 min
  • CAC 40

    5 831,56
    +33,58 (+0,58 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 724,78
    +18,79 (+0,51 %)
     
  • Dow Jones

    31 961,86
    +424,51 (+1,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,2201
    +0,0033 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -9,80 (-0,55 %)
     
  • BTC-EUR

    41 099,79
    -324,79 (-0,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 000,34
    +5,68 (+0,57 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,63
    +0,41 (+0,65 %)
     
  • DAX

    14 014,44
    +38,44 (+0,28 %)
     
  • FTSE 100

    6 688,36
    +29,39 (+0,44 %)
     
  • Nasdaq

    13 597,97
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 925,43
    +44,06 (+1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    30 168,27
    +496,57 (+1,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 074,17
    +355,93 (+1,20 %)
     
  • GBP/USD

    1,4145
    +0,0004 (+0,03 %)
     

Artificialisation des sols: quatre questions pour comprendre ce phénomène préoccupant

·2 min de lecture

SERIE 1/3 - La Loi climat a été présentée mercredi 10 février en conseil des ministres. Tout un volet est consacré à la lutte contre l’artificialisation des sols, une ressource naturelle souvent oubliée. Définition de ce phénomène aux enjeux environnementaux, économiques, sociaux… et politiques.

Coup d’envoi pour le projet de loi climat. Issu de la Convention citoyenne, le texte a été présenté mercredi 10 février en conseil des ministres. Parmi sa grosse soixantaine d’articles, la lutte contre l’artificialisation des sols a été érigée en mesure phare par . Objectif du gouvernement: réduire drastiquement la destruction d’espaces naturels, agricoles et forestiers. Quatre questions pour mieux comprendre ce phénomène.

1. L’artificialisation des sols: de quoi parle-t-on?

L’artificialisation correspond à "tous les processus qui amènent une perte d’espaces naturels (comme les zones humides), agricoles ou forestiers", explique Chantale Gascuel, directrice scientifique adjointe à l’environnement à INRAE, l’institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement. D’abord définie par le ministère de l’agriculture pour mettre en garde contre le grignotage des terres agricoles par la ville, l’artificialisation est la conséquence du développement de trois secteurs: d'abord l’habitat (40%), par la prolifération de maisons individuelles – –, mais aussi les infrastructures de transport (28%) comme les routes, et les services et loisirs (16%) comme les .

2. Pourquoi le phénomène pose problème?

Artificialiser un sol entraîne la destruction d’une ressource naturelle considérée comme un élément de la richesse nationale par l’Insee. "Les sols ont des fonctions de régulation de l’eau, de la qualité de l’air, de stockage du carbone, et sont un réservoir de biodiversité. En artificialisant, nous abîmons durablement cette ressource", poursuit Chantal Gascuel. En construisant une route, l'infiltration de l’eau n’est par exemple plus possible, ce qui augmente le risque d'inondation, sans compter les conséquences sur la stabilité des sols, la création d'îlots de chaleur en ville mais aussi et surtout la destruction de la biodiversité. "Cette fine pellicule entre l’air et la roche met des milliers d’années à se constituer et permet toute la vie."

En outre,[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi