Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 994,91
    -677,21 (-1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 325,00
    -35,32 (-2,60 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2645
    -0,0015 (-0,12 %)
     

Arrêts de travail : mauvaise nouvelle, la Cour des comptes veut aussi réduire vos indemnités

Arrêts de travail : mauvaise nouvelle, la Cour des comptes veut aussi réduire vos indemnités

12 milliards d’euros. C’est le montant des dépenses engagées par le régime général de la Sécurité sociale pour indemniser les arrêts de travail pour maladie des salariés du privé en 2022. Un niveau «inédit», 56% supérieur à celui de 2017 (7,7 milliards d’euros), souligne la Cour des comptes dans son rapport sur l’application des lois de financement de la Sécurité sociale, publié ce mercredi 29 mai. Toujours en 2022, 8,9 millions d’arrêts maladie indemnisés ont été dénombrés. Et «les indemnisations d’une durée supérieure à six mois ont représenté 6% des arrêts maladie mais 45% de la dépense», relève l’institution de la rue Cambon.

Cette explosion des dépenses s’explique notamment par la crise sanitaire, pendant laquelle «la charge financière des indemnités versées a fortement augmenté en raison des mesures dérogatoires décidées pour faire face à la pandémie (suppression du délai de carence pour inciter les Français positifs au Covid-19 ou cas contact à se faire arrêter, NDLR)», rappellent les Sages. Et même après 2020, les dépenses sont restées «très élevées», notamment en raison d’un absentéisme record lié à des troubles psychologiques mais aussi de l’évolution des salaires - et surtout des nombreuses revalorisations automatiques du Smic -, l’indemnité versée pendant un arrêt de travail étant calculée en fonction du niveau de rémunération.

>> Notre service - Faites des économies en testant notre comparateur d’Assurances Santé

Au-delà de renforcer la lutte contre la fraude, la Cour (...)

PUBLICITÉ

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Chômage des seniors : nouvelle alerte sur leur risque d’exclusion du marché du travail
Comment faire une étude de marché ?
Fonction publique : ces agents pourront cumuler leur emploi avec une activité de sécurité pendant les JO
Assurance chômage : la durée d’indemnisation peut-elle être abaissée à 12 mois dès 2025 ?
Son entretien d’embauche annulé à cause de son âge : quand l’âgisme fait des ravages