La bourse ferme dans 7 h 40 min
  • CAC 40

    6 840,07
    +52,28 (+0,77 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 081,01
    +26,65 (+0,66 %)
     
  • Dow Jones

    34 364,50
    +99,13 (+0,29 %)
     
  • EUR/USD

    1,1308
    -0,0022 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 840,00
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    32 063,22
    +571,40 (+1,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    823,21
    +12,61 (+1,56 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,86
    +0,55 (+0,66 %)
     
  • DAX

    15 086,67
    +75,54 (+0,50 %)
     
  • FTSE 100

    7 333,75
    +36,60 (+0,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 855,13
    +86,21 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    4 410,13
    +12,19 (+0,28 %)
     
  • Nikkei 225

    27 131,34
    -457,03 (-1,66 %)
     
  • HANG SENG

    24 243,61
    -412,85 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3492
    +0,0001 (+0,01 %)
     

Pour arrêter le variant Omicron, fermer les frontières n’est pas la solution

Le problème est qu'Omicron a déjà été détecté dans d'autres régions du monde que l'Afrique, notamment au Royaume-Uni, en Allemagne, en Israël, à Hong Kong et en Belgique. Ainsi, si une interdiction de voyager dans les pays d'Afrique australe peut ralentir sa propagation et faire gagner un peu de temps, il est peu probable qu'elle suffise à l'arrêter complètement. Les gouvernements d'Australie et d'autres pays mettent en place ces restrictions pour tenter de protéger leurs propres citoyens.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles