La bourse ferme dans 2 h 17 min

Arnaud Lagardère lesté par une dette faramineuse, il cherche à rassurer

La dette d'Arnaud Lagardère a fait couler beaucoup d'encre, ces dernières années. Le dirigeant, en difficulté financière, veut rassurer les marchés en laissant entrevoir, par voie de presse, les montants d'endettement de sa holding personnelle, qui contrôle sa participation dans le groupe de médias recentré sur l'édition et la distribution. La holding Lagardère Capital & Management (LC&M) était endettée à hauteur de 164 millions d'euros en 2019, a affirmé mercredi le groupe Lagardère à l'AFP, confirmant des informations publiées par Le Point dans un entretien fleuve avec le dirigeant du groupe.

L'hebdomadaire indique avoir pu consulter les comptes de LC&M, en présence du cogérant du groupe Pierre Leroy. La dette de cette holding est inférieure de 22 millions d'euros à la valeur des actions d'Arnaud Lagardère à la même date (186 millions d'euros), calcule Le Point. Elle a par ailleurs été divisée par près de 3 depuis 2008, où elle s'élevait à 478 millions d'euros. Les comptes de la holding personnelle d'Arnaud Lagardère font l'objet de spéculations diverses depuis l'arrêt de leur publication en 2009.

>> A lire aussi : Arnaud Lagardère : “Nous sommes très heureux avec Jade, notre couple est parti pour durer”

En août, le Financial Times avait évoqué une dette de 204 millions d'euros à fin 2017, supérieure à la valeur des actions détenues par Arnaud Lagardère. Or cette participation fait l'objet d'un nantissement auprès de banques, c'est-à-dire qu'elle sert de garantie pour le remboursement des dettes contractées par la holding. La solvabilité de M. Lagardère, en tant que gérant commandité de Lagardère SCA, et donc responsable sur ses biens propres de façon illimitée, s'en voyait alors mise en doute.

"Si les banques décidaient de demander le remboursement de leurs prêts, la participation d'Arnaud Lagardère dans l'entreprise fondée par son père pourrait être effacée - à moins qu'il ne dispose d'actifs personnels" non visibles dans ces comptes, écrivait alors le quotidien britannique.

(...) Cliquez ici pour voir la suite

“Il y a plus de leçons de management à tirer des salauds des séries télé que des héros de Disney !”
Je veux changer de job pour devenir coach, comment faire ?
Taux d’intérêt : la BCE s’inquiète des "effets secondaires" de ses largesses
Ce que vous coûtera (au minimum) votre taxe abri de jardin cette année
Royaume-Uni : McDonald's gagne son combat contre un comté récalcitrant