Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 628,57
    -42,77 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 907,30
    -40,43 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    39 150,33
    +15,57 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,0697
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    2 334,70
    -34,30 (-1,45 %)
     
  • Bitcoin EUR

    60 186,80
    -206,56 (-0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 327,89
    -32,44 (-2,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,59
    -0,70 (-0,86 %)
     
  • DAX

    18 163,52
    -90,66 (-0,50 %)
     
  • FTSE 100

    8 237,72
    -34,74 (-0,42 %)
     
  • Nasdaq

    17 689,36
    -32,23 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 464,62
    -8,55 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2645
    -0,0015 (-0,12 %)
     

Arnaques aux impôts : comment les reconnaître et ne pas se faire piéger

BullRun/Adobe Stock

Pas de repos pour les escrocs. Récemment, la Direction générale des finances publiques (DGFiP) a alerté les contribuables quant à deux nouvelles arnaques détectées. En effet, comme le relate RMC, de nombreux Français ont reçu des e-mails frauduleux, évoquant «une erreur sur le montant du prélèvement à la source opéré par l'administration fiscale». De fait, deux suites à ce courriel sont possibles : soit le contribuable va bénéficier d’un remboursement, soit il va devoir payer. En réalité, ce n’est évidemment pas l’administration qui est à l’origine de ce courriel.

L’e-mail reçu promet «soit un faux remboursement après un prétendu bilan de votre situation fiscale ; soit, à l’inverse, exige le paiement d’arriérés d’impôts en accusant le destinataire de fraude fiscale avec menace d’huissier, d’intervention des forces de l’ordre, de lourdes amendes ou encore de peine de prison», détaille la DGFiP. Dans le cas d'un remboursement, les victimes sont invitées à cliquer sur un lien pour ensuite entrer leurs données personnelles, qui seront ensuite… usurpées.

Mais soyez vigilants : les escrocs se font passer aussi bien pour la Direction générale des finances publiques, le site impots.gouv.fr, du ministère des Finances, que pour l'Inspection générale des finances (IGF). «Ils peuvent prendre la forme d'une notification jointe au message cherchant à imiter un courrier officiel (avec notamment un faux agent public, une fausse signature ou encore un faux tampon)», ajoute la Direction générale. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Arnaque sur PayPal : vous avez reçu un virement de la part d’un inconnu ? Ne lui rendez surtout pas la somme
Impôt sur le revenu : comment déduire les versements sur le PER de votre enfant mineur ?
Les taxes foncières s’envolent : elles ont rapporté 10% de plus qu’en 2022
Succession : les frais bancaires plafonnés, la fin de la «taxe sur la mort» se précise
Héritage : comment avantager votre nouveau conjoint