Marchés français ouverture 5 h 17 min

Les arnaques aux faux livrets d’épargne pullulent toujours sur Internet

Les escroqueries sur les faux livrets d’épargne promettant des rendements très élevés continuent de sévir sur Internet. Le gendarme de la banque et de l’assurance met en garde le grand public sur ces arnaques qui se présentent comme une alternative au Livret A.

Appâter les épargnants avec de faux placements qui leur font miroiter des taux d’intérêt peu réalistes est une escroquerie aujourd’hui assez commune sur Internet. Régulièrement alertés par les autorités compétentes (AMF, ACPR), les particuliers ne sont pas à l’abri d’une mauvaise surprise, que ce soit sur des placements dits atypiques (Forex, terres rares, Bitcoin, vins…) mais également sur des produits plus traditionnels. C’est la raison d’un nouveau communiqué de l’ACPR, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, diffusé le 13 février 2020, et qui “met en garde le public contre les bannières publicitaires à caractère frauduleux figurant, notamment, sur des sites internet d’information générale et proposant de faux livrets d’épargne à haut rendement”. Des annonces qui sont en réalité des tentatives d’arnaque sur des internautes en quête de rémunération pour leurs économies, surtout après la baisse du taux du Livret A de 0,75% à 0,5% depuis le 1er février 2020.

Ces bannières affichent parfois la photo d’un ‘livret’ (carnet rouge, jaune...) et renvoient vers des sites internet frauduleux dépourvus de mentions légales ou usurpant celles d’un professionnel autorisé”, prévient l’ACPR. L’épargnant ainsi hameçonné est amené à communiquer ses données bancaires personnelles et effectuer un virement. Une fois l’argent transféré, l’interlocuteur devient évidemment injoignable et la victime ne peut jamais récupérer ses fonds.

Vérifier en quelques minutes

La technique est bien rodée et surtout très efficace. Lors d’une conférence de presse commune organisée le 17 septembre 2019, l’Autorité des marchés financiers (AMF), l’ACPR et le parquet de Paris avaient chiffré à un milliard d’euros le montant des pertes pour le grand public sur deux années à la fin du mois de juin 2019, tous types de placements (...)

Lire la suite sur Capital

Ce contenu peut également vous intéresser :

Les croisières de luxe des petits bateaux cinq étoiles
Réforme de l’assurance chômage : pourquoi les saisonniers des stations de ski sont perdants
Les actionnaires des grandes entreprises n'ont jamais gagné autant d'argent
Brexit : quel impact sur la fiscalité des expatriés français ?
Ascenseurs : les raisons des pannes en cascade en Île-de-France