La bourse est fermée

Arnaque sur WhatsApp : non, Air France ne fait pas gagner de billets pour le Black Friday

Skeeze/Pixabay

Attention à ne pas vous faire avoir à quelques semaines de Noël et des journées spéciales promotionnelles sur le net. La dernière entreprise à être dans le viseur des petits escrocs n'est autre qu'Air France, relaie TF1. Selon des messages reçus sur WhatsApp par de nombreux internautes, la compagnie française propose des billets gratuits pour voyager à l'occasion du Black Friday (vendredi 25 novembre). Pour cela, rien de plus simple, il faut participer à un jeu concours dans l'espoir de remporter "5.000 billets aller-retour pour l'Europe".

Ce n'est pas un secret, mais il s'agit d'une tentative d'escroquerie, assez courante ces derniers mois. Lorsque vous cliquez sur le lien envoyé (à ne pas faire évidemment), une page s'ouvre avec un message explicite (mais qui ne laisse pourtant guère de doutes) : "Salut, c'est le Black Friday des cadeaux Air France : dépêchez-vous, la fenêtre d'opportunité se referme !" Il faut ensuite répondre à un "quiz", "trouver le prix caché" afin de "gagner jusqu'à deux billets aller-retour pour l'Europe". Il est précisé en dessous le nombre de cadeaux qu'il reste.

Pour être sûr qu'il s'agit bien d'une arnaque, il suffit de regarder l'adresse de l'url, "airfrance.com" ici, alors que le site officiel d'Air France se termine par ".fr". L'autre élément, c'est la suite du processus du jeu. Si vous avez tout de même commencé à répondre aux questions proposées, il vous est ensuite demandé de rentrer vos informations personnelles et bancaires pour valider l'opération, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La Russie utilise des drones kamikazes pour détruire des navires ukrainiens
Avec le rachat de Twitter par Elon Musk, employés et experts s'inquiètent du devenir de la plateforme
Le juteux business du Grand Prix de F1 à Las Vegas
Le régulateur des marchés "prendra le temps nécessaire pour examiner" l'OPA de l'Etat sur EDF
EDF : un "démantèlement" serait toujours à l'étude, selon un député PS, le gouvernement dément