Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    40 232,79
    +378,92 (+0,95 %)
     
  • Nasdaq

    17 399,34
    +56,92 (+0,33 %)
     
  • Nikkei 225

    37 869,51
    -1 285,34 (-3,28 %)
     
  • EUR/USD

    1,0861
    +0,0018 (+0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 004,97
    -306,08 (-1,77 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 577,98
    -1 267,01 (-2,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 312,28
    -25,90 (-1,93 %)
     
  • S&P 500

    5 457,63
    +30,50 (+0,56 %)
     

Arnaque sur Twitter (X) : les faux comptes d'entreprises se multiplient

Getty Images

C'est une habitude qu'ont prise beaucoup de clients : afficher leur mécontentement sur les réseaux sociaux après une mauvaise expérience dans l'espoir d'obtenir un dédommagement. Cependant, les escrocs profitent désormais de ce réflexe pour tenter de soutirer des informations personnelles, relève The Guardian, samedi 27 août.

Les consommateurs sont en effet nombreux à interpeller directement les entreprises via leur compte Twitter (rebaptisé X). Certaines sociétés possèdent même parfois un compte dédié à la résolution de problèmes avec les clients. En cas de déconvenue, les marques, qui veillent toujours à leur image laissée sur le Web, présentent alors leurs excuses et les invitent à échanger par messages privés. Or, des personnes malintentionnées détournent cette pratique afin de subtiliser des données personnelles.

En usurpant l'apparence de comptes officiels d'entreprises, souvent dans les secteurs du tourisme ou bancaire, les escrocs répondent ainsi à des messages de clients mécontents. Et pour que l'illusion soit parfaite, beaucoup utilisent même X Premium (anciennement Twitter Blue), l'abonnement payant du réseau social permettant d'avoir la fameuse coche bleue, qui était auparavant une garantie d'authentification.

Une fois mis en confiance par messages privés, le client, qui pense échanger avec le vrai service clients, est invité à communiquer certaines données personnelles, notamment ses coordonnées bancaires, afin de procéder à un prétendu remboursement. Pour éviter de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite