Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    37 775,38
    +22,07 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    15 601,50
    -81,87 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    38 079,70
    +117,90 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0647
    -0,0027 (-0,26 %)
     
  • HANG SENG

    16 385,87
    +134,03 (+0,82 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 881,63
    +1 980,12 (+3,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 311,43
    +425,90 (+48,09 %)
     
  • S&P 500

    5 011,12
    -11,09 (-0,22 %)
     

Arnaque : qu'est-ce que la «panne bulgare», cette escroquerie qui sévit sur les routes de Dordogne ?

SP/Kia

Les escrocs font preuve d’imagination pour se renouveler. Toujours à l’affut, les autorités tirent la sonnette d’alarme sur une nouvelle arnaque apparue sur les routes de l’ouest de la France : la «panne bulgare». Ainsi, le 23 octobre dernier, les gendarmes de la Dordogne ont lancé l'alerte sur Facebook, rapporte RTL. L'escroquerie en question implique des individus qui se font passer pour des conducteurs en détresse, prétendant avoir une panne de voiture et demandant de l'aide. Les forces de l'ordre périgourdines soulignent que ces escrocs sont souvent accompagnés d'une femme et d'enfants. Cela permet de mettre en confiance la victime qui s'arrête pour aider un automobiliste en difficulté.

Une fois que la victime a été attirée, l'escroc lui demande de l'accompagner jusqu'à une station-service. Prétendant ne pas avoir d'argent liquide ni de carte bancaire, il propose alors un échange de «bijoux sans valeur», comme l'indiquent les gendarmes. L'appellation de cette arnaque provient du fait que les véhicules impliqués sont souvent immatriculés en Bulgarie ou en Roumanie. En outre, il s'agit généralement de grosses cylindrées. Selon France Bleu Périgord, cette escroquerie a fait son apparition dans la région au printemps dernier.

Face à cette menace croissante, les gendarmes conseillent à tous les automobilistes se retrouvant dans une situation similaire de mettre rapidement fin à l'échange. Ils appellent les conducteurs à rester vigilants. Fort heureusement, le préjudice causé par (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

ZFE : «Comme il n’y a pas de vidéoverbalisation, c’est comme si elles n’existaient pas», regrette Barbara Pompili
ZFE : «Comme il n’y a pas de vidéoverbalisation, c’est comme si elles n’existaient pas», regrette Barbara Pompili
Salon automobile de Tokyo : sous pression, les constructeurs japonais prennent enfin le virage de l’électrique
Salon automobile de Tokyo : sous pression, les constructeurs japonais prennent enfin le virage de l’électrique
Pneus neige obligatoires : pas de sanction cette année pour les resquilleurs