Marchés français ouverture 7 h 28 min
  • Dow Jones

    31 097,26
    +321,86 (+1,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 127,84
    +99,14 (+0,90 %)
     
  • Nikkei 225

    26 153,81
    +218,19 (+0,84 %)
     
  • EUR/USD

    1,0435
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • HANG SENG

    21 830,35
    -29,44 (-0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    19 408,14
    +826,52 (+4,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    429,24
    +9,10 (+2,17 %)
     
  • S&P 500

    3 825,33
    +39,95 (+1,06 %)
     

Arnaque aux manuscrits anciens: l’affaire Aristophil s’enlise

(c) Afp

EXCLUSIF - Gérard Lhéritier, poursuivi depuis 2015 pour une escroquerie supposée sur des manuscrits anciens, qui a fait plus de 18.000 victimes, attaque l’Etat pour "déni de justice", reprochant au parquet de faire traîner la procédure.

Le principal accusé d’une affaire qui réclame un procès rapidement, cela n’arrive pas tous les jours. Encore moins qu’il attaque l’Etat pour les délais interminables de la procédure. Selon nos informations, Gérard Lhéritier, mis en examen pour escroquerie , vient d’assigner l’Etat pour "déni de justice". Il fustige l’attitude du parquet de Paris, qui n’a toujours pas rendu son réquisitoire près de trois ans après la fin de l’instruction. L’homme d’affaires attend désormais que son dossier soit enfin jugé, tout comme les 2.500 parties civiles. Elles espèrent récupérer une partie des 850 millions d’euros investis via Aristophil dans des manuscrits anciens, dont la cote s’est effondrée.

Des promesses de rendements mirobolants

La société a été créée en 1990 et s’est imposée sur le marché des lettres et manuscrits historiques en amassant la bagatelle de 130.000 pièces. Ces collections étaient ensuite revendues, via des conseillers en gestion de patrimoine, à des investisseurs qui en détenaient la pleine propriété ou des parts d’indivision aux côtés d’autres épargnants. Les manuscrits étaient conservés durant cinq ans par Aristophil, qui se chargeait de les promouvoir et de faire grimper leur cote, faisant miroiter aux investisseurs des rendements mirobolants de 8% par an. Un juteux business qui a permis à Gérard Lhéritier, fils de plombier autodidacte, . En 2013, lors de l’inauguration du nouveau siège de son musée des Lettres et Manuscrits, dans un hôtel particulier de la rue de l'Université, on pouvait ainsi croiser Rachida Dati, Christian Estrosi ou encore Patrick Poivre d’Arvor.

Mais, Aristophil se retrouve entre-temps dans le collimateur de l’Autorité des marchés financiers, de Tracfin, la cellule de renseignement de Bercy, et de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. La justice est alertée. Lhéritier , consistant à rémunérer les épargnants ayant investi dans les manuscrits avec les fonds apportés par les nouvea[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles