La bourse ferme dans 1 h 8 min
  • CAC 40

    5 597,31
    -19,96 (-0,36 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 595,67
    -7,00 (-0,19 %)
     
  • Dow Jones

    30 880,63
    +66,37 (+0,22 %)
     
  • EUR/USD

    1,2127
    +0,0044 (+0,36 %)
     
  • Gold future

    1 834,30
    +4,40 (+0,24 %)
     
  • BTC-EUR

    30 559,17
    +386,18 (+1,28 %)
     
  • CMC Crypto 200

    732,19
    +17,00 (+2,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,70
    +0,34 (+0,65 %)
     
  • DAX

    13 825,22
    -23,13 (-0,17 %)
     
  • FTSE 100

    6 701,87
    -18,78 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    13 086,04
    +87,54 (+0,67 %)
     
  • S&P 500

    3 783,31
    +15,06 (+0,40 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • HANG SENG

    29 642,28
    +779,51 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3612
    +0,0025 (+0,19 %)
     

Arnaque sur Facebook : un couple perd 500 euros en voulant acheter un faux permis

·2 min de lecture
Pas que des amis sur Facebook (Crédit MANDEL NGAN/AFP via Getty Images)
Pas que des amis sur Facebook (Crédit MANDEL NGAN/AFP via Getty Images)

Ces petites annonces fleurissent sur les réseaux sociaux. Elles promettent l’obtention de documents moyennant une certaine somme d’argent. Puis vient le moment d’avancer la moitié de la somme. Et de la perdre. C’est ce qui est arrivé à cet infortuné couple belge.

Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup. Une devise qui devrait clignoter en bonne place à côté des petites annonces labellisées “trop beau pour être vrai”, souvent sur les réseaux sociaux. Comme la promesse d’obtenir un permis de conduire sans leçon ni examen pour 1 000 euros, par exemple. Ce couple de Belges en a fait l’amère expérience. Et comme souvent dans ces cas-là, ce sont ceux qui sont les moins armés pour se défendre qui se font escroquer.

Tenter un coup à 500 €

Andrée (le prénom a été modifié) est technicienne de surface. Patrick est son mari. "Il lui fallait vraiment ce permis, mon mari n’arrive pas à le repasser”, explique Andrée à RTL.be. “Je me doutais qu’il était contrefait, mais j’y croyais quand même. Ils m’ont beaucoup parlé au téléphone et cela nous a rassurés". Petit à petit, les arnaqueurs ferrent leur proie. Qui va bientôt se faire avoir.

VIDÉO : Dans le rétro : la naissance du permis à points

"Ils ont fini par me convaincre que les démarches administratives allaient avoir lieu en France et que nous pourrions l’utiliser en Belgique", poursuit Andrée. Poussée par son mari qui la convainc de “tenter le coup”, Andrée fait un virement à destination des prétendus fonctionnaires, qui lui assurent que leurs relations vont permettre d’établir le document convoité. Sauf qu’une fois le virement envoyé - la moitié de la somme, pour lancer la production - les voleurs sont nettement moins bavards.

Fausse photo, vraie arnaque

Persévérante, Andrée parvient à obtenir une vague image : “Ils m’ont envoyé une photo de la fiche d’examen avec les coordonnées de mon mari et sa signature, cela semblait plutôt vrai". En réalité, il s’agit d’une photo tirée de Google Images puis trafiquée. Le couple ne recevra jamais le permis officiel. Le coup est rude pour la technicienne de surface et son mari sans permis.

Reste qu’au-delà de l’arnaque, tout ceci est bien illégal. En cas de fabrication ou d’usage de faux documents habituellement délivrés par une administration publique, la sanction peut en effet s’élever à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende.

Ce contenu peut également vous intéresser :