La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 190,51
    -25,65 (-0,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Arnaque sur compte bancaire : votre banque peut-elle refuser de vous rembourser ?

Refus
Refus

Vous êtes malheureusement des milliers, tous les jours, à en faire l'amère expérience : malgré les progrès des dispositifs de sécurité, les arnaques sur compte bancaire sont toujours d'actualité. Cet été encore, des dizaines de clients de LCL ont été victimes de piratage à la chaine, avec à la clé un préjudice total se chiffrant en centaines de milliers d'euros. Plus que jamais, les cybercriminels sont à l'affût de toutes les failles et adaptent leurs modes opératoires.

Une chose ne change pas : à la source de ces vols, on retrouve généralement un vol de données personnelles, le plus souvent sur internet : des informations personnelles (état civil, adresse, numéro de téléphone), des numéros de carte bancaire ou, encore plus grave, des identifiants d'accès à la banque en ligne. Pour y parvenir, les malfaiteurs continuent d'utiliser la technique de l'hameçonnage, aussi appelée phishing.

Ces vols de donnée ne leur suffisent plus, toutefois, à parvenir à leurs fins, depuis la généralisation des dispositifs d'authentification forte, achevée au printemps 2021, déclenchés lors des paiements en ligne ou des connexions à la banque en ligne. Une fois encore, les cybercriminels se sont adaptés. Ils n'hésitent plus à contacter directement leurs victimes au téléphone, en se faisant passer, par exemple, pour un conseiller bancaire. Les données personnelles volées leur servent ici à crédibiliser leur discours, dont la finalité est généralement de vous pousser à authentifier une opération à votre insu : un achat, un ajout de bénéficiaire de virements, etc. Le préjudice peut alors se chiffrer en dizaines de milliers d'euros.

Lire la suite sur MoneyVox

Voir également
- Arnaque : 4 Français sur 10 victimes de débits frauduleux sur leur compte bancaire
- Passoire thermique : le déficit foncier doublé pour des travaux de rénovation énergétique
- Réforme des retraites : les nouvelles pistes (encore floues) du gouvernement