Publicité
La bourse ferme dans 2 h 44 min
  • CAC 40

    7 629,11
    +58,30 (+0,77 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 911,02
    +19,56 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    41 198,08
    +243,60 (+0,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,0934
    -0,0007 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    2 469,70
    +9,80 (+0,40 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 339,50
    +79,32 (+0,13 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 344,80
    +15,29 (+1,15 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,71
    -0,14 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 481,56
    +44,26 (+0,24 %)
     
  • FTSE 100

    8 245,36
    +57,90 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    17 996,92
    -512,42 (-2,77 %)
     
  • S&P 500

    5 588,27
    -78,93 (-1,39 %)
     
  • Nikkei 225

    40 126,35
    -971,34 (-2,36 %)
     
  • HANG SENG

    17 778,41
    +39,00 (+0,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,2981
    -0,0028 (-0,22 %)
     

Arnaque à Pôle emploi : un couple jugé… dix ans après les faits

OceanProd/Adobe Stock

C'est une affaire qui montre que Pôle emploi veut lutter efficacement, et durablement, contre les fraudeurs. Comme le raconte La Nouvelle République, un couple était jugé jeudi 24 août pour une arnaque remontant… à plus de dix ans. L'enquête portait sur une fraude à l'aide au retour à l'emploi. Entre novembre 2012 et décembre 2013, l'ancien bénéficiaire aurait escroqué plus de 9.300 € à l'organisme. Le problème, c'est que Pôle emploi ne va s'en rendre compte que très tard. Une première plainte est déposée en 2015 et un juge d'instruction est saisi, mais l'enquête n'avance pas.

Dans cette affaire, le salarié incriminé n'est entendu qu'en 2018, et son ancienne épouse (ils ont divorcé depuis), seulement en 2021, soit déjà huit ans après les faits. Et le couple était donc jugé onze ans après le début des faits. À la barre, l'homme a expliqué n'être au courant de rien, n'avoir jamais reçu de courrier de Pôle emploi et ne pas comprendre pourquoi il était jugé. De son côté, son ancienne épouse a reconnu avoir participé à la fraude et vu les sommes versées sur leur compte en banque, mais elle aurait agi sous la pression de son mari.

Selon elle, les sommes étaient à chaque fois retirées par son ancien mari en liquide avant d'être envoyées en Algérie dans sa famille. Problème, selon le tribunal, le couple était déjà coutumier de telles fraudes. La femme avait déjà été poursuivie dans des affaires similaires et l'homme avait été condamné pour faux et escroquerie. Tous deux ont écopé de 100 (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite