La bourse ferme dans 40 min
  • CAC 40

    6 293,05
    +58,91 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,38
    +38,95 (+0,98 %)
     
  • Dow Jones

    34 188,18
    +152,19 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,1985
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • Gold future

    1 777,80
    +11,00 (+0,62 %)
     
  • BTC-EUR

    51 271,23
    -1 696,41 (-3,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 373,35
    -18,36 (-1,32 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 452,88
    +197,55 (+1,29 %)
     
  • FTSE 100

    7 013,42
    +29,92 (+0,43 %)
     
  • Nasdaq

    14 036,86
    -1,90 (-0,01 %)
     
  • S&P 500

    4 181,53
    +11,11 (+0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3821
    +0,0036 (+0,26 %)
     

En Ariège, quinze chercheurs vont s'enfermer 40 jours dans une grotte

·1 min de lecture

Alors que l’Île-de-France redoute un reconfinement, quinze chercheurs volontaires vont s’enfermer pendant 40 jours… dans une grotte ! Cette drôle d’expérience doit débuter dimanche soir, dans la grotte de Lombrives, dans l'Ariège, à 110 kilomètres de Toulouse. Dans la journée, sept femmes et huit hommes vont descendre le matériel nécessaire avant de s'installer dans la grotte. Puis ils fermeront la porte et vivront sous terre, en autarcie, sans montre. L’objectif de cette expédition hors-norme est de plonger des humains dans un univers inconnu, sans repère temporel, pour mieux comprendre comment le cerveau humain peut s'adapter individuellement et comment un groupe s'organise pour survivre en milieu hostile.

>>Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

"On va être désorientés, peut-être un peu paniqués"

Le chercheur franco-suisse Christian Clot est le créateur de cette expédition, il a travaillé à sa préparation pendant deux ans, et fera partie de ces confinés volontaires durant 40 jours. "On va être désorientés, peut-être un peu paniqués", concède-t-il auprès d’Europe 1. "Il va falloir reconstruire une capacité de fonctionner. On est comme un petit hameau qui s'installe, où il faut générer de l'électricité – on va pédaler pour le faire -, trouver notre eau, la purifier, etc. Finalement, ce sont les mécaniques de confrontation à l'inconnu qui nous intéressent, davantage que le fait d'être enfermés dans une grotte."

Une équipe de médecins, prête à inter...


Lire la suite sur Europe1