Publicité
La bourse ferme dans 1 h 27 min
  • CAC 40

    8 115,87
    +20,90 (+0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 048,63
    +13,22 (+0,26 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,60
    +4,29 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0857
    +0,0007 (+0,07 %)
     
  • Gold future

    2 357,50
    +23,00 (+0,99 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 497,79
    -210,27 (-0,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 491,46
    +7,26 (+0,49 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,46
    +0,74 (+0,95 %)
     
  • DAX

    18 756,39
    +63,02 (+0,34 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,79 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 900,02
    +253,91 (+0,66 %)
     
  • HANG SENG

    18 827,35
    +218,41 (+1,17 %)
     
  • GBP/USD

    1,2768
    +0,0029 (+0,22 %)
     

Argentine : comment le nouveau président Javier Milei a décidé de «tronçonner» la dépense publique

Adrián Escandar

Il est antiavortement, favorable à la vente d’armes, antisystème, etc. Javier Milei a été élu dimanche nouveau président de l’Argentine, un pays rongé par l’inflation, qu’il a séduit par son discours sans filtre. Contre la «caste politique qui parasite» le pays, l’économiste de formation, classé à l’extrême droite, a promis de redresser l’Argentine, notamment en «tronçonnant» l'État, en privatisant les services publics et en dérégulant l'économie. D’ailleurs, tout au long de sa campane, en meeting ou dans la rue, le député était apparu avec une tronçonneuse à la main.

Cette tronçonneuse, c’est le symbole de sa volonté de couper dans les dépenses publiques, rappelle le HuffPost. Une scène avait d’ailleurs particulièrement marqué lorsqu’il retirait d’un tableau les ministères qu’il voulait supprimer : celui de l’Environnement et du Développement durable, celui des Femmes, du Genre et de la Diversité ou encore les Travaux publics. En dérégulant le marché, il souhaiterait également privatiser à tout va. L’objectif affiché de son «traitement de choc» est de baisser de 15 % les dépenses publiques pour parvenir à une certaine discipline budgétaire.

Alors que 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, Javier Milei veut mettre fin à «cette aberration appelée justice sociale, synonyme de déficit budgétaire». Le pays doit en effet s’astreindre à rembourser au FMI un prêt de 44 milliards de dollars. Pour parvenir à ses fins, il prône la fin des subventions chroniques (dans les transports, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les Restos du Cœur toujours dans le rouge, malgré l’appel aux dons
La Russie utilise un nouvel obus guidé pour attaquer l'armée ukrainienne
Epinglée pour ne pas avoir déclaré son mari comme salarié du groupe RN, elle plaide l'oubli de bonne foi
La ministre des PME veut «enlever le maximum de cailloux dans les chaussures» des entrepreneurs
Multinationales : tous les paradis fiscaux ne disent pas leur nom, selon une étude de l'OCDE