Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,15 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    53 712,36
    +426,78 (+0,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 227,06
    +28,49 (+2,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,62 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,34 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2990
    +0,0075 (+0,58 %)
     

Argentine-Angleterre: la "petite finale" de la Coupe du monde de rugby a-t-elle vraiment un intérêt ?

Argentine-Angleterre: la "petite finale" de la Coupe du monde de rugby a-t-elle vraiment un intérêt ?

A la veille de la finale tant attendue entre les All Blacks et les Springboks et à l’heure où certains joueurs du XV de France s’apprêtent à reprendre en Top 14, l’Argentine et l’Angleterre s’affrontent ce vendredi lors du match pour la troisième place de la Coupe du monde (21 heures). Un remake du premier match de la poule D entre les deux nations où les Anglais l'avaient emporté à quatorze contre quinze (27-10) après l'expulsion rapide de Tom Curry.

Le tout dans un Stade de France qui pourrait ne pas être totalement rempli alors que des places sont encore disponibles sur le site de la compétition à quelques heures du coup d’envoi. La preuve d’un engouement moindre du public pour ce match de classement qui ne reste que très rarement dans les mémoires malgré la médaille de bronze à décrocher.

>> La petite finale Argentine-Angleterre

Des troisièmes qu’on oublie (plus) facilement

Dans le sport, on ne retient que les vainqueurs… mais au rugby on a aussi tendance à se souvenir des finalistes tant certaines rencontres ont marqué les esprits. En 1987, pour la première Coupe du monde de rugby de l’histoire, les All Blacks l’ont emporté mais l’épopée des Bleus a impressionné. Personne, ou presque, ne se souvient en revanche du troisième.

PUBLICITÉ

On vous donne son identité: l’Australie avait battu le pays de Galles pour finir sur le podium. Rebelote en 1991 où la Nouvelle-Zélande a battu dans la douleur la surprise écossaise. Du Mondial 1995, les joueurs et supporters français retiennent plus volontiers la demi-finale polémique perdue contre les Springboks que le Crunch gagné contre l’Angleterre dans la foulée (19-9).

Idem en 1999 où l’on retiendra plus volontiers la demi-finale entre les Bleus et les All Blacks et le titre australien contre le XV de France plutôt que le match pour la troisième place entre l’Afrique du Sud, avec un certain Johan 'Rassie' Erasmus titulaire, et la Nouvelle-Zélande.

En 2003, on se souvient de la demi-finale pluvieuse et totalement ratée par la France contre le XV de la Rose. Beaucoup moins du match qui a suivi où les All Blacks du jeune Richie McCaw ont infligé une dérouillée (40-13) à des Bleus démobilisés et remaniés (seul le pilier Sylvain Marconnet avait débuté les deux matchs). Sauf lors de rares exceptions, les petites finales au Mondial ont surtout servi à faire tourner les effectifs. Notamment pour les grosses nations encore frustrées de leur élimination aux portes de la finale.

L’Angleterre remaniée, l’Argentine presque au complet

Difficile donc de garder un groupe mobilisé pendant une semaine après avoir vécu une terrible désillusion à seulement un match de la grande finale. Si World Rugby manie les mots à merveille en appelant officiellement ce Argentine-Angleterre la "finale de bronze", l’enjeu sportif n’est pas vraiment là. Côté anglais tout du moins où Steve Borthwick a procédé à une large revue de son effectif pour la rencontre avec huit nouveaux joueurs par rapport à la demie.

Marcus Smith signe son retour après sa commotion face aux Fidji mais les seconds couteaux du XV de la Rose sont de sortie pour ce match de classement. Le futur retraité Ben Youngs débutera en charnière avec Owen Farrell alors qu’Alex Mitchell a débuté toutes les rencontres majeures de la compétition. Ben Youngs qui s’en ira sur cette 127e cape, un record, ne figurait même pas sur la feuille de match lors de la demi-finale contre l’Afrique du Sud.

Lui aussi futur retraité de la sélection après y avoir été titulaire indiscutable pendant le Mondial, Courtney Laws est laissé au repos. Pour le reste, les Anglais s’appuieront sur plusieurs jeunes talentueux mais inexpérimentés à ce niveau comme le talonneur Theo Dan (22 ans), ou le futur joueur du Racing 92 Henry Arundell (20 ans).

Du côté de l’Argentine, au contraire, on rêve de finir sur le podium et Michael Cheika n’a presque pas fait tourner son équipe. Le sélectionneur des Pumas a procédé à trois changements avec les titularisations de Jeronimo De la Fuente (le joueur de Perpignan devrait annoncer sa retraite internationale dans la foulée), du jeune Pedro Rubiolo (20 ans) et Tomas Cubelli à la place de Santiago Chocobares, Tomas Lavanini et Gonzalo Bertranou.

L’Argentine rêve d’imiter sa génération dorée

Sans forcément briller et à la faveur d’un tableau favorable, l’Argentine s’est hissée jusqu’en demi-finale de la Coupe du monde en France. Balayés par la Nouvelle-Zélande (44-6), les Pumas possèdent une occasion en or d’écrire une grande page de leur histoire. Joli clin d’œil, cela se déroule encore en France. Là où en 2007 la bande des Agustin Pichot, Juan Martin Hernandez et autres Felipe Contepomi ou Juan Martin Fernandez Lobbe avait écrasé des Bleus remaniés (34-10) pour grimper sur le podium lors du Mondial. Autre clin d’œil, voulu par Michael Cheika, les héros de 2007 avaient appelé les 33 joueurs retenus pour le Mondial afin de leur apprendre la bonne nouvelle.

Ce vendredi, la sélection argentine possède une nouvelle opportunité de faire aussi bien que cette génération dorée. Après avoir raté le coche en 2015, les coéquipiers de Facundo Isa vont donc tenter d’égaler la meilleure performance de l’histoire de l’Argentine dans une Coupe du monde.

"C'est très important de décrocher cette médaille de bronze. Pour nous, pour tout ce que nous avons fait et pour le pays", a confirmé cette semaine leur sélectionneur Michael Cheika.

"C'est important pour tous les joueurs, pour l'expérience du groupe, pour l'héritage que vont laisser les plus expérimentés. […] L'objectif, c'est toujours de finir le plus haut possible."

L’Angleterre pour lancer un nouveau cycle

Du côté de l’Angleterre, où l’affaire Curry et la non-sanction du Sud-Africain Mbongeni Mbonambi malgré les accusations de racisme ont ressoudé le groupe, l’enjeu sportif de cette petite finale semble plus anodin. La composition d’équipe, sans certains tauliers, le reflète bien.

Pourtant, les jeunes affamés et les seconds couteaux vont quand même avoir un petit objectif lors de ce match pour la troisième place: sauver l’honneur du XV de la Rose. Après un Tournoi des VI Nations quelconque, une préparation désastreuse et marquée par la première défaite de son histoire contre les Fidji, l’Angleterre veut rapidement passer à autre chose et lancer un nouveau cycle.

Fini l’annus horribilis de 2023 et place à un renouveau tourné vers le Mondial 2027 en Australie. Passés à deux points de la finale après une sorte de mission commando depuis deux mois, les Anglais ne se réjouiront pas d’un succès lors de cette petite finale.

En tout cas, ils l’oublieront vite et ne s’en vanteront pas pendant des années. Mais avant de rentrer à la maison et partir en vacances, il faut encore la jouer, cette finale pour le bronze qui ne rapporte pas grand-chose, sinon une médaille que tous les joueurs auraient rêvé d’un autre métal.

Article original publié sur RMC Sport