La bourse ferme dans 8 h 5 min
  • CAC 40

    7 170,74
    +38,39 (+0,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 230,07
    +20,76 (+0,49 %)
     
  • Dow Jones

    34 156,69
    +265,67 (+0,78 %)
     
  • EUR/USD

    1,0760
    +0,0029 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 893,80
    +9,00 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    21 579,51
    +137,37 (+0,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,50
    +9,55 (+1,82 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,53
    +0,39 (+0,51 %)
     
  • DAX

    15 435,39
    +114,51 (+0,75 %)
     
  • FTSE 100

    7 915,05
    +50,34 (+0,64 %)
     
  • Nasdaq

    12 113,79
    +226,34 (+1,90 %)
     
  • S&P 500

    4 164,00
    +52,92 (+1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2099
    +0,0047 (+0,39 %)
     

Araignée sauteuse, libellule croqueuse... : un mini-monde à découvrir au Jardin des Plantes

EDITO - Jusqu'en janvier, un mini-monde en voie de disparition est à découvrir au Jardin des Plantes. C'est kitsch et épatant, à l'heure où il y a de quoi s'inquiéter pour la biodiversité. La faune minuscule est au mieux ignorée, au pire jugée dégoûtante.

Son crash sur la Lune a beaucoup aidé à sa visibilité. Animal de l'extrême qui se cache dans les lichens, seuls quelques tardigradologues s'y intéressaient jadis, mais les millions de vues sur YouTube prouvent que tout a changé. A surtout nourri sa gloire la question de savoir si cet "ourson d'eau" de moins d'un millimètre, emporté en 2019 par la sonde Bereshit, pouvait être immortel.

Aucune idée de l'animal en question? Un conseil, trouver un enfant ou deux dans votre entourage et les conduire en fin de journée pour le découvrir dans les jardins du Muséum d'histoire naturelle à Paris, excellent prétexte pour tout adulte de se réjouir in petto. Car, outre le tardigrade, ce sont des dizaines d'insectes, d'arthropodes et même le SARS-CoV-2 qui se donnent à voir, en très gros, agrandis plusieurs millions de fois, en couleur et illuminés.

La faune minuscule au mieux ignorée, au pire dégoûtante

A chacun ses favorites, la libellule croqueuse de moustique ou l'araignée saltique "pied barbu", la venimeuse scutigère véloce ou la cistèle sur sa carotte. C'est kitsch et épatant, à l'heure où il y a de quoi s'inquiéter pour la biodiversité. La faune minuscule est au mieux ignorée, au pire jugée dégoûtante. Spéciale, en effet, mais vitale, au-delà du bien - gentille coccinelle qui mange les pucerons - et du mal - méchante punaise de lit à éviter chez soi.

Quasi-invisible et pollinisatrice, experte en recyclage, capable de donner un goût piquant à un bon fromage… "Emerveiller pour instruire", c'est le slogan favori de Bruno David, le président du Muséum qui a voulu faire éclore ces "mini-mondes illuminés", façon lanternes chinoises. Il sait, comme tous les naturalistes, à quel point le vivant demeure méconnu. Cette première pour les petites bêtes pourrait même conduire vers un engagement plus profond.

Un engouement citoyen pour les "sciences participatives"

En coulisses, alors que la recherche la plus fondamentale sur le domaine explose, les scientifiques ont mesuré à quel point[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi