La bourse ferme dans 7 h 54 min
  • CAC 40

    6 249,30
    +15,16 (+0,24 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 004,31
    +10,88 (+0,27 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1973
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -2,90 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    51 435,56
    -1 624,90 (-3,06 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 367,42
    -13,53 (-0,98 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,56
    +0,10 (+0,16 %)
     
  • DAX

    15 328,71
    +73,38 (+0,48 %)
     
  • FTSE 100

    7 023,35
    +39,85 (+0,57 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    29 009,19
    +216,05 (+0,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,3745
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Arabie saoudite : l'administration Biden va-t-elle sonner la fin de Mohammed Ben Salmane ?

·1 min de lecture

Ce jeudi 25 février, Joe Biden le nouveau président américain a officiellement pris langue avec Riyad en téléphonant directement au roi Salman d’Arabie saoudite. Un geste symbolique fort à l’heure où l’on parle d’une prochaine déclassification du dossier concernant le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi démembré au consulat saoudien d’Istanbul en octobre 2018. Ce rapport dans les mains de la CIA accuserait directement le prince héritier Mohammed Ben Salmane alias MBS d’avoir commandité le meurtre.

Les choses seraient-elles en train de tourner vinaigre pour "MBS" ? En s’adressant ce 25 février directement au chef du royaume wahhabite, officiellement seul représentant du pouvoir saoudien, Joe Biden fait non seulement un pas de côté par rapport à Donald Trump – grand ami du prince Mohammed Ben Salmane - mais s’offre aussi la possibilité, alors que les négociations sur le nucléaire iranien ont repris, de ne plus passer comme l'allié numéro un de Riyad aux yeux de Téhéran. La récente décision des Etats-Unis de ne plus délivrer d’armes à l’Arabie saoudite dans le cadre de la guerre menée par le prince ben Salmane au Yémen depuis 2015, va aussi dans ce sens. Décryptage d’un coup de téléphone éminemment diplomatique et de ses conséquences éventuelles avec Marc Lavergne, directeur de recherche émérite au CNRS et spécialiste du Golfe arabo-persique.Marianne : Comment interprétez-vous le geste de Joe Biden, qui jeudi soir a officiellement contacté le roi Salmane, en lieu et...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

Arabe, Américaine et chinoise : trois missions en approche de la planète Mars

2011-2021 : les printemps arabes, leurs hivers et leurs moissons

"Le Maroc et les Émirats arabes unis, deux alliés dans la lutte contre l'islamisme"