La bourse est fermée

Aquibat ouvre ses portes le 26 février 2020 après un chantier participatif de deux ans

latribune.fr

"On veut passer d'un salon passif à un salon actif, en mouvement, où les visiteurs comme les exposants s'approprient l'espace et créent les échanges qu'ils souhaitent. Les salons où on se contente de déambuler dans les allées de stand en stand, c'est fini. Il faut en mettre plein la vue !", lance Delphine Demade, directrice des salons professionnels au sein de CEB (Congrès et expositions de Bordeaux), pour présenter l'édition 2020 d'Aquibat qui se tiendra au Parc des expositions de Bordeaux les 26, 27 et 28 février prochains.

Créé en 2004 et organisé tous les deux ans, Aquibat se veut le rendez-vous des professionnels du bâtiment et des travaux publics de l'agglomération bordelaise mais aussi de la région Aquitaine voire néo-aquitaine. "Aquibat a connu une croissance continue jusqu'à 2010-2012 avant d'entrer dans un cycle de baisse de fréquentation avec un constat, partagé par les exposants et les visiteurs, d'un non renouvellement du salon et de son contenu. CEB a décidé de racheté le salon en 2016 et nous avons organisé la 1ere édition en propre en 2018", rembobine Delphine Demade. Il y a deux ans, Aquibat a enregistré 12.000 visiteurs sur trois jours pour 320 exposants, soit une baisse contenue (-8 %) par rapport aux 13.000 visiteurs de l'édition 2016.

Démarche de co-construction

Pour 2020, CEB entend rebâtir un salon sur des bases fortement remodelées. Ainsi, si seulement 200 exposants sont annoncés sur les trois jours, soit un repli d'un tiers, près de la moitié sont des nouveaux venus. Un réel processus de renouvellement a donc été mené en lien étroit avec les acteurs de la filière et les participants au salon : "Nous avons monté un comité technique avec quinze organismes professionnels régionaux qui fonctionne très bien et nous avons mené un travail de co-construction avec un échantillon de visiteurs et d'exposants présents en 2018 pour comprendre ce qu'ils attendaient de nous et d'Aquibat. Cette démarche a

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr


Métiers du bâtiment : numériser ou mourir ?
Bordeaux Euratlantique : Eiffage prototype la construction bois avec la tour Hypérion
Bâtiment : le groupe Cassous mise sur les startups et les apprentis pour innover
Numérique, BTP, aéronautique : ces secteurs qui se féminisent enfin ! (2/7)