La bourse ferme dans 42 min
  • CAC 40

    6 681,24
    -31,24 (-0,47 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 943,95
    -18,46 (-0,47 %)
     
  • Dow Jones

    34 140,51
    -206,52 (-0,60 %)
     
  • EUR/USD

    1,0407
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 746,10
    -7,90 (-0,45 %)
     
  • BTC-EUR

    15 540,04
    -498,40 (-3,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    378,21
    -2,08 (-0,55 %)
     
  • Pétrole WTI

    75,74
    -0,54 (-0,71 %)
     
  • DAX

    14 421,21
    -120,17 (-0,83 %)
     
  • FTSE 100

    7 495,89
    +9,22 (+0,12 %)
     
  • Nasdaq

    11 144,61
    -81,74 (-0,73 %)
     
  • S&P 500

    3 995,62
    -30,50 (-0,76 %)
     
  • Nikkei 225

    28 162,83
    -120,20 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    17 297,94
    -275,64 (-1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,2054
    -0,0036 (-0,30 %)
     

Après le scandale Orpea, l'Etat durcit les contrôles dans les Ehpad jusqu'ici hors radars

STEPHANE MAHE

Tirant les leçons du scandale Orpea, le gouvernement renforce les moyens des Agences régionales de santé et alourdit les sanctions potentielles.

Le scandale causé par le livre Les Fossoyeurs du journaliste Victor Castanet (Fayard) sur les maltraitances au sein d’établissements Orpea a fait réagir les pouvoirs publics, qui financent largement le secteur. En mars, le gouvernement a annoncé que les quelque 7.400 maisons de retraite médicalisées - publiques, associatives ou privées - françaises seraient toutes contrôlées d’ici à deux ans pour vérifier les conditions d’hébergement et de qualité des soins. Et qu’elles seraient contraintes à davantage de transparence quant à leurs prestations et leur utilisation des fonds publics.

Un Ehpad contrôlé en moyenne tous les vingt à trente ans

Jusqu’ici, "un Ehpad ne se faisait contrôler en moyenne que tous les vingt à trente ans", soulignait le président de la Cour des comptes, Pierre Moscovici, en février. Les équipes dans les Agences régionales de santé, qui comptent 500 contrôleurs, ont été renforcées avec 120 postes supplémentaires. Le 25 octobre, Jean-Christophe Combe, ministre des Solidarités, a indiqué que "près de 600 établissements ont été contrôlés, donnant lieu à 193 injonctions et trois saisines du procureur". A noter que les contrôles se font d’abord sur pièces, bien plus rarement via des visites inopinées. "Environ 10% des Ehpad feront l’objet de ces inspections de contrôle approfondi", a précisé le ministre.

Parallèlement, la Direction de la répression des fraudes (rattachée au ministère de l’Economie) a mené l’enquête sur les pratiques commerciales des Ehpad privés à but lucratif. Soit près de 1.800 établissements appartenant à de grands groupes (Orpea, Korian, DomusVi, Colisée, Domidep, etc.) ou indépendants, qui bénéficient d’aides de l’Etat, notamment pour financer les salaires de leur personnel.

Plus d'un établissement sur deux non-conforme

Publié le 20 octobre, son rapport, basé sur un millier de contrôles entre 2019 et 2021, relève que "plus d’un établissement sur deux présente au moins une non-conformité": clauses léonines dans les contrats de[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi